Crédit photo : Associated Press

Traitée de « salope » par un élu républicain, la députée Alexandria Ocasio-Cortez répond avec classe

Ce 23 juillet, la députée démocrate Alexandria Ocasio-Cortez a répondu aux insultes sexistes prononcées par un élu à son encontre. Selon un journaliste qui était présent lors de l’échange entre les deux politiciens, l’élu de la Chambre des représentants Ted Yoho aurait traité Alexandra Ocasio-Cortez de « Fucking bitch », « putain de salope » en français.

Tout a commencé le 21 juillet dernier, quand le journal américain The Hill rapporte une confrontation sur les marches du Capitole, le siège du Congrès américain, entre Alexandria Ocasio-Cortez et Ted Yoho. Le sujet de leur conversation houleuse est la question de la criminalité aux États-Unis. Selon un journaliste sur place, qui aurait entendu l’échange, Ted Yoho aurait traitée l’élue démocrate “d’écœurante » pour avoir suggéré que la pauvreté et le chômage menaient à une augmentation de la criminalité à New York. Alexandria Ocasio-Cortez lui répond qu’il est impoli, et les deux élus se séparent. Yoho descend ensuite les marches et lâche, toujours selon le reporter cité par le Hill, un « fucking bitch ». Autrement dit : « putain de salope ».

Pour répondre aux insultes proférées à son égard, la benjamine du Congrès Alexandra Ocasio-Cortez, 30 ans, a tenu un discours osé et fort.
« Avoir une fille ne rend pas un homme convenable. Avoir une femme ne rend pas un homme convenable. Traiter les gens avec dignité et respect est ce qui rend un homme convenable », a-t-elle dit. « Je n’ai pas besoin que le représentant Yoho s’excuse auprès de moi. Il est clair qu’il ne le veut pas. Il est clair que lorsqu’on lui en donnera l’occasion, il ne le fera pas. Et je ne resterai pas debout tard dans la nuit à attendre les excuses d’un homme qui n’a aucun remords d’avoir insulté des femmes et avoir utilisé un langage abusif à leur égard. Mais ce qui me pose problème, c’est d’utiliser les femmes, nos épouses et nos filles, comme boucliers et excuses pour de mauvais comportements. Je ne laisserai pas le Congrès accepter ces excuses comme légitimes », a-t-elle poursuivie.

Elle a ensuite souligné qu’elle aussi était la fille de quelqu’un. « Heureusement mon père n’est plus là pour voir comment M. Yoho traite sa fille », a-t-elle ajouté avec une colère à peine contenue.

Face aux propos de Ted Toyo, le chef de la majorité démocrate à la Chambre, Steny Hoyer, avait estimé que M. Yoho devrait être sanctionné par ses pairs.

Laisser un commentaire

Catégories