© %author%

Source photo : google search

Une colombienne victime de traite de personnes en Haïti

Dans un communiqué de presse publié le 22 août dernier, la Fondasyon Je Klere a salué l’arrestation d’un certain Réginald Degand, accusé de traite de personnes, dans un club baptisé « La Mansion » à Péguy Ville. La principale victime dans cette affaire est une colombienne de 25 ans.

C’est par l’intermédiaire du Président du Comité National de Lutte contre la Traite des Personnes (CNLTP) Me André Ibréus que la FJKL a été informée de la situation; un cas de traite de personnes est survenu à « La Mansion », un club fermé par le passé pour cette même raison.

La victime, de nationalité colombienne, est âgée de 25 ans. Elle a quitté son pays avec la promesse de travailler en Haïti. C’est à son arrivée qu’elle s’est rendue compte qu’elle a été trompée.

« La colombienne a été recrutée dans son pays par une certaine Manuella Rotello Rivas. Une fois arrivée en Haïti, elle a été accueillie par un cousin de Réginald Degand. C’est à partir de là qu’elle a appris qu’elle avait une dette de voyage de 6 000 dollars américains à honorer et que son hébergement mensuel s’élevait à 400 dollars américains. Par conséquent, son passeport a été confisqué et elle ne pouvait pas quitter le pays avant le paiement de sa dette », selon la FJKL.

Pour l’acquitter, la jeune femme a « dû travailler comme esclave sexuelle à raison de 150 dollars américains la nuit. Mais en réalité, elle n’a gagné aucun salaire car des 150 dollars versés par chaque client, 50 revenaient à M. Degand alors que 100 devaient servir à payer sa dette », toujours d’après la FJKL.

La colombienne a réglé sa dette grâce à un client. Elle affirme avoir été mise en contact avec le Président du CNLTP qui a informé la FJKL de la situation.

La Fondasyon Je Klere a alerté le commissaire du Gouvernement près le Tribunal de Première Instance de Port-au-Prince, Me Jacques Lafontant, qui a procédé à l’arrestation du présumé trafiquant et a mis sous scellé le club « La Mansion ». 

Lors de cette descente, dix victimes dont neuf Colombiennes victimes de trafic d’être humain ont été libérées.

Laisser un commentaire

Catégories