© %author%

Une haïtienne de New York a reçu le « Prix de la liberté de la presse »

Activiste féministe et des droits humains, Farah Delance Linot vient de recevoir au début du mois de mai, le « Press Freedom Award » ou le « Prix de la liberté de la presse » aux États-Unis d’Amérique, son pays de séjour. C’est un prix prestigieux de plus pour cette mère de famille de 3 enfants, qui est également chanteuse et actrice.

Dofen News: Pouvez vous présenter au public ?

Farah Delance Linot: Mon nom est Farah Delance Linot, présidente de Farah Delance Foundation et de l’Unity of the Worldwide Women Empowerment Coalition. Je me concentre particulièrement sur des activités relatives aux femmes et aux jeunes. Je suis aussi déléguée de l’UNESCO Center for Peace.

D.F : Parlez nous un peu de ce prix que vous venez de recevoir ?

F.D.L : Je viens de recevoir le « Press Freedom Award » de la part du « United Nations Peace Keeping Forces Council » et de « l’International Human Rights Defenders Foundation » ce 03 mai, pour non seulement mon engagement dans la société mais aussi pour ma participation dans la promotion des « droits humains » avec mon équipe.

Étant donné que cette notion n’est pas assez connue en Haïti, mon équipe et moi avons pris le soin de faire un plaidoyer pour les « humans rights » en créole et en anglais. Nous avons fait aussi une promotion sur l’équité de genre parce que généralement, il y a des avis qui veulent faire croire que les femmes ne sont bonnes à rien.

D.F : Que représente t-il pour vous ?

F.D.L : C’est vraiment pour moi un honneur d’avoir reçu ce prix car ce n’est pas vraiment chose facile de trouver des gens qui vous honorent. Alors entre l’année dernière et cette année, je dois souligner que j’ai reçu pas mal de prix comme : The Coronavirus Heroes Award, The Best humaniterian Award pour mes travaux humanitaires et The President’s Volunteer Service Award de la Maison Blanche. Pour moi, tous ces prix signifient que mes réalisations comptent et font leur effet, ce qui me donne la force de continuer.

D.F : Quel est votre projet à court terme en rapport à ce prix ?

F.D.L : Je vais continuer sur la même lancée à savoir promouvoir les droits humains avec « human rigths consultant ». La déclaration universelle des droits de l’homme nous donne cet accès, celui de dire tout ce qu’on ressent et de dénoncer également à travers la presse.

D.F : Quels sont vos conseils aux jeunes femmes ?

F.D.L : Je leur dit, ne vous laissez point aller au découragement ni à l’intimidation, d’avoir toujours confiance en elles. Elles ne doivent octroyer à personne la possibilité d’abuser d’elle pour une raison quelconque. Je leur conseille également de suivre toujours leur intuition dans tout ce qu’elles vont entreprendre. Quant aux jeunes mamans, je vous demande de ne pas vous laisser aller à cause de votre ou vos progénitures. Avoir un ou des enfants ne signifie pas que vous devez zapper votre carrière ou vos études. Cherchez et innovez avec des choses positives. Croyez en vous même.

D.F : Qui voudrez vous remercier ?

F.D.L : J’apporte mes premiers mots de remerciement à la presse spécialement à Dofen News pour cette interview. À toute l’équipe de Farah Delance Foundation et de « Unity of the Worldwide Women Empowerment Coalition », je vous remercie grandement pour votre dynamisme et votre collaboration. A toutes ces « fanm vanyan », Daniella Jacques, Nathalie Mondesir et d’autres encore, merci. J’ai beaucoup appris de vous et réciproquement. Et je crois que ça donne du sens à la vie quand on se met ensemble pour travailler.

Laisser un commentaire

Catégories