© %author%

Source photo : page de l’Ambassade Américaine

YLAI 2018, une forte présence féminine pour Haïti

Déjà consacrée année de la femme, l’année 2018 est le théâtre de beaucoup d’initiatives féminines qui se multiplient en terme en terme de valeur ajoutée. Young Leaders of America’s Initiative (YLAI), est un programme d’échange, de partage et de formation qui regroupe annuellement 250 jeunes à travers l’Amérique Latine et la Caraïbe qui ont un impact positif dans leurs régions via leurs entreprises afin d’augmenter leur capacité en leadership et leurs connaissances en entrepreneuriat.

Nos jeunes femmes en Haïti ne sont pas sans ressources et talents. Cette année elles seront cinq (5) à participer à ce programme très prisé et prestigieux pour non seulement augmenter leur savoir-faire mais aussi élargir leur réseau et la visibilité de leurs entreprises.

Jeanida Azor, licenciée en administration des affaires, auditeur interne certifié et coach en éducation financière.

Cette fière native de Désarmes, section communale de Verrettes dans le département de l’Artibonite a mis sur pied une organisation à but non lucratif « Association Femmes d’Impact/ AFD’I » qui vise à accompagner les mères précoces et nécessiteuses. Ce programme offre des séances en éducation sexuelle, en éducation financière, une formation en leadership et entrepreneuriat. AFD’I offre également une formation en développement personnel et professionnel. Préparant ainsi les jeunes mères à être mieux armées dans leur nouvelle vie et pouvant faire face de manière plus efficace aux nouvelles responsabilités qui les attendent. Jeannida Azor se révèle être une femme très impliquée dans sa communauté et dont l’objectif est d’œuvrer au développement social et économique des jeunes femmes. En d’autres termes, les aider à faire de meilleurs choix. Elle espère avoir l’opportunité de se connecter à d’autres organisations qui croient en un avenir meilleur pour les femmes. Cette aide accordée aux jeunes femmes fera ainsi baisser le poucentage d’enfants abandonnés à la naissance.

Valesca Saint Cyr, chirurgien dentiste.

Amie du club Rotaract depuis 5 ans et devenue membre du Rotaract de Port-au-Prince en 2017, Valesca Saint Cyr est une jeune femme énergique et dynamique. Après une enrichissante expérience dans l’organisation « For the Hope International », dont le but est de fournir des soins dentaires préventifs aux enfants défavorisés, la jeune dentiste s’est sentie investie de la mission de continuer à apporter son grain de sel dans cette noble cause. En 2016 elle co-fonde Saint Apollonia Mobile Dental Clinic/ SAMDC. A travers cette structure elle fournit des soins dentaires aux enfants en âge scolaire dont les moyens économiques ne permettent de faire des suivis dans une clinique régulière. Valesca Saint Cyr en co-fondant Saint Apollonia a mis le doigt sur une de nos plaies. En plus du manque de soins médicaux, les visites chez les dentistes se font de plus en plus rares car la majorité de la population n’est pas bien informée de la manière de bien s’occuper de leurs meubles buccaux. Dans certaines communes et sections communales très reculées, l’hygiène buccale est presqu’inexistante.

Valesca Saint Cyr souhaite que cette expérience augmentera ses skills en leadership et renforcera sa capacité à desservir plus de communes locales et étendre des tentacules dans d’autres régions/ d’autres pays et également assurer la visibilité de SAMDC sur le travail que cette structure effectue.

Frantzia Michelle Augustin, comptable et banquière avec 12 années d’expériences.

Frantzia Augustin possède une entreprise qui œuvre dans la planification d’événements et dans la restauration au nom de « Fafa Distributions ». La jeune entrepreneure possède également un magasin de vente d’articles pour enfants et d’accessoires décoratifs. Fafa Distribution s’est jointe à deux autres entreprises de la place « La duchesse collection » et « Demelanm Produit local » pour monter une association dénommée « Kinanm Pibon » afin de promouvoir la production locale, d’encourager et d’encadrer des jeunes femmes qui sont dans la création de produits artisanaux. Kinanm Pibon, en encadrant ces jeunes femmes favorisent par ricrochet la création de richesses.

Frantzia voit en cette opportunité une façon d’élargir son réseau et de s’ouvrir sur plus d’horizons.

Sagine Zizi, diplomate, entrepreneure culturel, créatrice de sacs à main.

La fondatrice de Sazi Créations est également très investie dans le social. Entre event manager dans une organisation dénommée Team-Up, elle fait du bénévolat dans plusieurs autres organisations. Elle travaille aussi dans le secteur touristique.

Son entreprise n’a pas seulement une vocation lucrative. Elle la met au service de la communauté en organisant des séances de formation au profit des artisans locaux en vue qu’ils améliorent la qualité de leur production. Les plus performants rejoignent fort souvent Sazi Créations et aussi certains stagiaires deviennent collaborateurs. Sazi Créations est une entreprise très inclusive. Pour Sagine faire partie de la cohorte 2018 de l’YLAI contribuera au succès de sa compagnie et l’aidera à être plus efficace dans ces entreprises. Son succès à elle est aussi celui de sa communauté. Une communauté envers laquelle elle se sent responsable et redevante. Prendre pour transmettre. Sagine compte aussi faire profiter les participants des autres régions de la riche et diversifiée culture d’Haïti.

Nadia Jean Charles, database specialist et fondatrice de Haïti Femmes & TIC/HFTIC.

Souvent on veut faire croire que les femmes s’intéressent moins aux avancées technologiques. Nadia Jean Charles vient infirmer cette perception. HFTIC est à cet effet une organisation à but non lucratif dont l’objectif est d’aider les femmes à créer de la richesse et des opportunités en utilisant les technologies de l’information et de la communication. Ceci les permet aussi d’être autonomes et indépendantes. HFTIC se donne la mission dans les mots propres de sa fondatrice : « Faciliterl’intégration des femmes dans le secteur des TIC et les sciences appliquées, créer un dynamisme où plus de femmes qualifiées sont impliquées, afin de constituer une base solide pour la main d’œuvre haïtienne dans les TIC et une meilleure représentation dans le pays.

Nadia Jean Charles est prête à faire valoir la culture haïtienne et les femmes dans ce programme d’échanges, aussi elle entend accumuler plus de savoir faire et trouver des ressources  susceptibles d’accélérer le succès de Haïti Femmes & TIC.

Laisser un commentaire

Catégories