Crédit photo : OnuFemmes

Deux ans après le cyclone Mathieu, des productrices de cacao construisent leur avenir à l’aide des technologies innovantes

Camp-Perrin, 18 septembre 2018 – L’Entité des Nations unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes « ONU Femmes » a procédé à la formation en entreprenariat et en technologies innovantes de plus de 50 femmes agricultrices et productrices de cacao du Sud au cours de mois de septembre dans le cadre du projet «Buy From Women» traduit en créole par «Jaden Kakawo Fanm Dayiti».

Animées par des cadres de la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti (CCFEH) et Ayitika avec le support d’Entrepreneurs du Monde, cette série de formations, a porté sur les thématiques spécifiques suivantes : Gestion intelligente de la clientèle, profitabilité et compétitivité, diagnostic d’entreprise, agriculture en Haïti et l’utilisation d’une plateforme moderne de vente en ligne appelée « Platfòm Jaden Kakawo Fanm Dayiti ».
 
Ces formations, entre autres, rentrent dans le cadre du programme d’appui de l’ONU Femmes au Ministère à la Condition Féminine et des Droits des Femmes (MCFDF) pour un relèvement effectif de ces femmes durement frappées par le puissant cyclone Mathieu en octobre 2016. Ces formations contribueront à améliorer la compétitivité de ces femmes tout en leur permettant de se relever collectivement, créer de la richesse et ainsi faire reculer la pauvreté dans leurs communautés. A la veille de la commémoration du second anniversaire de cette catastrophe majeure, ces femmes du Sud regardent leur avenir et celui de leurs progénitures avec plus d’optimisme. Elles ont déjà collectivement mis en terre plus de 15 000 cacaoyers et pourront dans quelques mois commencer à récolter le fruit de leur labeur quotidien.
 
Ces productrices ont été également formées sur des technologiques écologiques garantissant la qualité du cacao et la rentabilité de leurs parcelles avec l’aide de ONU Environnement. Chaque cacaoyer des parcelles en question devrait fournir au moins un kilogramme de cacao de haute qualité par récolte. A la fin des sessions, les agricultrices ont chacune reçu un smartphone pour pouvoir s’investir sur la plateforme.

Agée de 54 ans, mère de 4 enfants et veuve depuis quatre ans, Louis Charles Eliantise habite dans les hauteurs de Saut-Mathurine, deux ans après Mathieu, elle recommence à faire confiance en l’avenir en constatant pousser ses cacaoyers. Elle a mis en terre 350 cacaoyers et prévoit de commencer sa nouvelle récolte au mois d’octobre prochain. Elle est déjà inscrite sur la plateforme « Jaden Kakawo Fanm Dayiti » qui lui permettra d’être en contact avec des acheteurs et des transformateurs de cacao du monde entier. Cette plateforme lui donnera l’opportunité de pouvoir bénéficier d’une part du marché de cacao évalué aujourd’hui à plus de 3 milliards de dollars à travers le monde.
 
Jeune comptable, Glennda Lorminé dispose aujourd’hui, pour sa part, de près de deux hectares plantés en cacao à Saut Mathurine. Elle ne jure que par la relance de la production nationale. « Avec la production du cacao, je souhaite contribuer à la relance de la production nationale tout en préparant avec les profits de ce commerce l’avenir des enfants que je compte mettre au monde », nous confie-t-elle.
 
En s’adonnant à cette entreprise de production de cacao, ces femmes se convertissent, de fait, en des protectrices de l’environnement, car les cacaoyers nécessitent une bonne couverture végétale pour se protéger des rayons du soleil. Ainsi, elles vont contribuer par leur plantation de cacao à une plus grande infiltration des eaux de pluie et du coup à la réduction de l’érosion des sols.
 
Louis Charles Eliantise et Glennda Lorminé vont prochainement lancer la coopérative haïtienne des femmes productrices de Cacao. Avec cette structure, elles souhaitent avoir accès à des crédits conséquents pour produire à grande échelle, créer plus de richesses et parvenir à leur parfaite autonomie.

Laisser un commentaire

Catégories