© %author%

70 années de règne : un record de longévité pour la reine Elisabeth II décédée à l’âge de 96 ans

« Je consacrerai toute ma vie, qu’elle soit longue ou courte, à votre service et au service de la grande famille impériale à laquelle nous appartenons », a promis la reine Elisabeth qui était alors princesse héritière à l’occasion de son 21e anniversaire, en avril 1947. La monarque qui n’est plus a laissé quatre enfants, huit petits-enfants, douze arrière-petits-enfants et une centaine de millions de sujets.

70 ans, 7 mois et 2 jours. La quantité exacte de temps qu’a régné la Reine du Royaume-Uni et des autres royaumes du Commonwealth, Elisabeth ll. La souveraine décédée ce 8 septembre dans son château à Balmoral, en Écosse a passé plus de 70 ans sur le trône britannique. Un record de longévité inégalé dans la famille royale, dépassant sa sa trisaïeule, la reine Victoria.

Née le 21 avril 1926 à Londres, elle est en ce temps troisième dans l’ordre de succession au trône après son oncle et son père. Son prénom Élisabeth est donnée en hommage à sa mère, Alexandra se référant à son arrière-grand-mère la reine mère du roi George V, morte six mois auparavant, et Mary en hommage à sa grand-mère paternelle, la reine Mary.

A l’âge de 10 ans, elle devient l’héritière présomptive de la couronne britannique après l’abdication de son oncle au trône en 1936 pour avoir épouser une femme divorcée. De son mariage avec le prince de Grèce et de Danemark, Phillip Mountbatten le 20 novembre 1947, naîtront 4 enfants : Charles, prince de Galles ; Anne, princesse royale ; Andrew, duc d’York et Edward, comte de Wessex.

Son accession au trône s’est fait le 6 février 1952 suite à la mort de Georges VI, son père. Agée seulement de 25 ans, elle est couronnée le 2 juin 1953 à l’abbaye de Westminster. La retransmission de la cérémonie à la télévision s’est faite en 44 langues.

Dès le début de son règne, les difficultés se sont montrées. Elisabeth ll va interdire le mariage de sa sœur Margaret avec Peter Townsend, un officier de la Royal Air Force, divorcé dans l’idée de respecter la monarchie parlementaire. Toujours dans la même période, les rumeurs circulent sur le couple royal, prêtant au prince des infidélités.

Les problèmes entourant la famille de la reine prennent un tournant marquant avec le mariage du prince Charles et Diana Spencer, provenant de l’aristocratie britannique. « Lady Diana Spencer sera sans doute le personnage qui aura le plus lourdement compté dans le très long règne d’Elizabeth II. (…) On ne peut nier le fait qu’elle ait mis en péril la stabilité de la monarchie britannique », a déclaré Marc Roche dans le son ouvrage « Elizabeth II. Une vie, un règne » sorti en 2012.

L’année 1992 est dépeint par la reine d' »annus horribilis ». Pour cause, trois de ses quatres enfants ont pris le chemin du divorce. 5 ans après, la mort de Lady Di, ex-belle fille de la souveraine choque tout le pays. Elle décide d’accorder à la défunte des obsèques nationales sous les conseils du Premier ministre Tony Blair.

A l’aube de ses 60 ans de règne, son petit-fils William se marie à la roturière Kate Middleton en 2011. En 2018, son autre petit-fils le prince Harry bénéficiera l’accord de la monarque pour se marier à une femme divorcée,Meghan Markle. Une occasion que sa grande tante n’a pas eu.

En mars 2020, la covid 19 est éprouvante pour tout le monde même pour la reine Elisabeth. Coupée des siens, elle passera toute l’année au château de Windsor avec son mari, Philip. « Certains pleurent la perte d’un être cher, amis et famille manquent à d’autres, alors qu’ils voudraient pour Noël une simple étreinte ou une pression de la main. Si c’est votre cas, vous n’êtes pas seul. Même dans les nuits les plus sombres, il y a de l’espoir », a-t-elle déclaré dans son allocution du 31 décembre 2020. Néanmoins le 9 avril, le duc d’Edimbourg, son mari meurt à l’âge de 99 ans.

La souveraine se retire graduellement de ses fonctions laissant la place à son fils Charles. Le peuple britannique vient de célébrer les 70 ans de son règne en juin 2022 durant 4 jours. Elle a procédé au début du mois de septembre à la nomination de sa 15 chef de gouvernement, Liz Truss. Son décès survenu quelques jours après a secoué ses millions de sujets. Des personnages politiques et religieux comme le président américain Joe Biden et le pape François saluent le départ de la monarque de 96 ans.

Plusieurs personnes voient en elle une icône féministe comme la célèbre journaliste britannique Emma Barnett.

« Le fait, par exemple, d’avoir rendu le genre non pertinent dans l’exercice de certaines fonctions et d’assumer son poste avec stoïcisme et le plus grand dévouement, déclare-t-elle dans The Telegraph 2015.

Qualifiée la reine Elisabeth de féministe divise les points de vue, malgré tout. Les femmes ont obtenu le droit de vote, les femmes britanniques ont gravi l’Everest pour la première fois et le pays a élu sa première femme Premier ministre », ce sont les propos de la monarque repris sur son site par le Women Institute. Une fondation a été créée en 1915 pour revitaliser les communautés rurales britanniques en encourageant les femmes à participer davantage à la production alimentaire pendant la première guerre mondiale, et dont Elizabeth II est devenue membre en 1943, nous apprend TV5 monde.

La femme de lettres, Isabelle Rivière quant à elle reste sceptique sur la question. « Je ne dirais pas ça comme ça. Je dirais qu’elle est devenue une icône féministe, peut-être sans le vouloir ! En fait, la manière dont elle s’est dévouée à sa tâche, cette image de perfection qui lui colle à la peau depuis le début de son règne, sans doute sans le chercher, tout cela a beaucoup fait pour rendre « normale » dans les esprits l’idée qu’une femme puisse être aux commandes d’un pays, et aux commandes tout court », a répondu l’autrice de plusieurs ouvrages sur Elizabeth II et la famille royale.

Laisser un commentaire

Catégories