© %author%

Myrtha Vilbon - Source photo google search

A l’occasion du 8 mars 2020, la Banque Mondiale vous présente Myrtha Vilbon

Après 17 ans de carrière comme représentante d’une firme internationale en Haiti, MyrtVildon a lancé les Industries Glory, la seule compagnie de confection de papier toilette en Haiti. En plus de créer des emplois directs et indirects, sa compagnie participe au renforcement des conditions d’assainissement au sein des ménages.

Aucun pays ne peut réaliser son potentiel économique complet sans une participation équitable des hommes et des femmes. Au cours des dernières années, Haiti a réalisé des progrès importants en vue de faciliter l’accès aux femmes au marché du travail. La lutte pour l’égalité des sexes étant un processus à long terme, le gouvernement, la société civile, les organisations internationales, entre autres doivent s’impliquer pour entamer des réformes nécessaires et favoriser une participation des femmes dans la croissance économique et sociale.

Le dernier rapport de la Banque mondiale « Les Femmes, l’Entreprise et le Droit » publié en 2020, informe que dans le monde, les femmes ne jouissent que de 75% des droits légaux des hommes. Haiti réalise un score de 61.3 sur 100 dans ce classement qui prend en compte le cadre légal et les réformes mises en œuvre pouvant faciliter aux femmes d’accéder à des emplois ou à monter leurs propres entreprises.

Dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme, le 8 mars, cinq professionnelles haïtiennes évoluant dans les divers secteurs du développement relatent leur contribution ainsi que les obstacles qu’elles ont affronté à cause de leur genre.   

Qu’est-ce qui vous a conduit dans le secteur de l’entrepreneuriat ?

J’étais auparavant agent exclusif en Haïti d’une entreprise internationale durant 17 ans. J’avais rempli ce poste avec beaucoup de passion, qui a conduit au succès du positionnement au premier rang de la marque en question sur le marché haïtien.

A la suite d’un contentieux, je me suis embarquée vers la réalisation d’un rêve caressé depuis mon plus jeune âge. Rêve de réduire la rareté du papier toilette dans la communauté haïtienne. Ce rêve est devenu réalité plus de quatre décennies plus tard, avec la fondation de Glory Industries. L’entreprise fabrique des papiers toilette et serviettes de table localement, pour desservir la population haïtienne.

Glory Industries fournit aux ménages haïtiens des produits d’hygiène en papier tissue à moindre coût, auparavant inaccessibles à 40% de la population. Ces produits, ayant été précédemment importés à 100%, trop chers pour convenir au budget de la plupart des habitants.

Parlez-nous un peu de quelques succès enregistrés depuis votre intégration dans le secteur

La conception de rouleaux de papiers toilettes minuscules, entre autres tailles, a permis à Glory Industries de répondre aux besoins de tous niveaux de revenus de consommateurs. Nos plus petits rouleaux pèsent aujourd’hui 30 grammes, ce qui les rend plus accessibles et encourage leur utilisation dans les ménages à faibles revenus.

Nous sommes fiers de contribuer à :

1.       Un changement des habitudes d’hygiène au sein de la communauté haïtienne

2.       Un mode de vie plus sain, plus heureux et plus digne dans les ménages

3.       Une saine alternative à une grande part de la population, en guise de l’utilisation des moyens traditionnels (journaux, cahiers, pierres, chiffons, feuilles, rivière, etc.)

4.       Nous maintenons une constante sensibilisation à l’hygiène grâce à l’éducation, au lavage des mains gratuit, aux stratégies de développement de nos produits.

5.        Nous promouvons l’autonomisation financière des femmes en micro-finançant des vendeuses ambulantes de nos produits, ainsi que des étudiants.

6.       Nous créons des emplois directs et indirects, contribuons à l’amélioration de l’économie haïtienne.

Comment voyez-vous le développement de carrière pour une jeune femme entrepreneure aujourd’hui ?

Les moments difficiles créent les meilleures opportunités d’investissements. Malgré les diverses contraintes aggravées par la raréfaction des moyens de financements que confronte aujourd’hui le secteur des affaires en Haïti, une jeune entrepreneure ne devrait pas baisser les bras. Elle peut entretemps se focaliser sur le montage de son projet, sa formation pour améliorer ses connaissances, ses capacités, aux fins de mieux saisir les opportunités quand elles se présenteront et pourvoir à la concrétisation et au succès de son objectif au moment opportun. Elle doit aussi s’armer de passion, de patience de persévérance pour aboutir au succès qui ne vient pas toujours en ligne droite. Elle doit se préparer à surmonter les défis.

Lisez l’article original en cliquant 

FR: https://www.banquemondiale.org/fr/news/feature/2020/03/06/haitian-womens-voices-international-womens-day-2020


EN: https://www.worldbank.org/en/news/feature/2020/03/06/haitian-womens-voices-international-womens-day-2020

Laisser un commentaire

Catégories