© %author%

Photo google search

Catherine Flon, une femme ancrée dans les mémoires

L’indépendance d’Haïti est tachée de l’empreinte d’héros et d’héroïnes. A cela, elles ont été plusieurs à lutter aux côtés des héros pour la liberté des noirs. Notamment, Catherine Flon tout comme Sanite Bélair, Marie-Claire Heureuse Félicité Bonheur, Marie Jeanne Lamartinière et Victoria Montou ont posé, d’une manière propre à chacune, une action en faveur de l’indépendance des noirs.

Parmi ces femmes, Catherine Flon, la filleule de l’empereur Jean-Jacques Dessalines, fut celle qui a cousu le bicolore de la révolution, symbole de l’union des Noirs et des Mulâtres. Selon certains historiens, il est difficile d’établir l’existence du personnage historique de Catherine Flon. Cependant, ils ont découvert à Léogane plus précisément dans la section rurale Petite rivière en plaine l’existence d’une habitation Flon. D’où ils sont parvenus à retrouver, sous l’empire de Dessalines, les traces d’un certain Jacques Flon. Ainsi, Catherine Flon, serait-elle donc une parente de cet homme. On ne peut rien dire puisque les registres des actes aux archives nationales restent muets à ce sujet.

Faute de registre, il est difficile de trouver d’informations précises sur son enfance. Toutefois, on n’ignore pas que certains prétendent qu’elle est originaire de l’Arcahaie et d’autres de Léogane. Catherine Flon serait donc une mulâtresse qui, selon certains historiens, était une passionnée de la couture. A cet effet, cette mulâtresse aurait été chargée par l’empereur Dessalines de coudre les deux bandes de notre drapeau. 

Cette héroïne qui a pris position contre l’esclavage, a une importance remarquable aux yeux de la société haïtienne. En d’autres termes, dans le but d’honorer cette vaillante femme, plusieurs actions ont été posé pour témoigner notre gratitude. Notamment, une place porte son nom au Champ de Mars, la place Catherine Flon qui a été officiellement reconnue en 2004 par le gouvernement haïtien. Son portrait fit figurer, en 2000, sur les billets de dix gourdes. En fait, nombreuses sont les rues du pays tout comme les écoles à porter le nom de Catherine Flon.

Catherine Flon, à travers son acte a contribué à mettre, à la connaissance de tous les autres peuples, l’identité et l’histoire du peuple haïtien. Par cet acte, elle a su rester vivante dans les mémoires. Ainsi, au-delà du mystère qui existe autour de l’histoire haïtienne, remplie d’épisodes manquantes, un fait est certain, croit-on, le bicolore qu’elle soit cousue ou non par Catherine Flon reste encore aujourd’hui le symbole de l’étendard haïtien.

Laisser un commentaire

Catégories