Crédit photo Jean Carlos Messy

Noirs et fiers, non à la dépigmentation

« Noirs et fiers, non à la dépigmentation » un mouvement mis en oeuvre par un groupe de jeunes en vue de rehausser l’éclat de la peau noire. Un mouvement qui consiste à mettre un point d’arrêt à la dépigmentation, un phénomène qui fait des ravages au sein de la société haïtienne.

Noirs ou Blancs, on est tous humains. Une forte teneur en mélanine ne devrait aucunement constituer une base pour évoquer une quelconque forme de discrimination. Nombreux ont été les mouvements sociaux mis sur pied pour faire face à ce phénomène, cette lutte infernale. Anténor Firmin, à travers son ouvrage « De l’égalité des races humaines »,  avait pris le contre-pied pour répondre à l’essai raciste « De l’inégalité des races humaines » de Joseph Arthur de Gobineau.

A cet effet, c’est au tour de cette jeune militante, Stéphanie Charles, de donner sa touche au tableau en lançant le mouvement « Noirs et fiers, non à la dépigmentation ». Suite à de nombreuses observations réalisées autour de la question, cette campagne vit le jour dans l’objectif de valoriser la peau noire et lutter contre la dépigmentation volontaire de la peau. De-là étant, de concert avec plusieurs jeunes, ce mouvement social, depuis environs quatre mois, résonne à travers les réseaux sociaux, tels Facebook, twitter, Instagram. Ainsi, « Noirs et fiers, non à la dépigmentation » veut aider les Noirs àregagner confiance en eux. 

Le terme dépigmentation, par définition, consiste en une décoloration de la peau en détruisant la mélanine, le pigment naturel de la peau. Ce qui aboutit fort souvent à de graves infections cutanées. « Les personnes à peau noire sont celles qui sont les plus stigmatisées en Haiti. Elles sont souvent considérées comme des êtres faibles et inférieurs et sont aussi perçues, dans la majeure partie du temps, comme des êtres à compétences limitées. » Expliqua Stéphanie Charles. 

Auparavant, si la discrimination se faisait en démontrant à l’être Noir qu’il est inférieur et limité, à présent, il n’est plus question de procéder de cette manière mais c’est plutôt, « l’ère du Douko ». Perfect white, Carotis, 7 miracles, Prima, Lemovate, etc., toute une gamme de produits pour rendre la peau soit disant plus claire et plus belle. La peau Noire avec cette quantité de mélanine qui, selon les chercheurs, protège contre les rayons ultra-violets n’est plus commode et conforme à cette époque de « Dépigmentons-nous pour ne plus être discriminés ».

Si au temps de l’esclavage, le Nègre était considéré, d’après le Code noir (1681) comme un bien meuble, à présent, le Noir ou Nègre est maintenant en quête d’estime. Une estime que bon nombre d’eux pensent trouver dans le blanchiment de la peau. Certes, les Noirs veulent être beaux. Cependant le mouvement « Noirs et fiers, non à la dépigmentation » dénonce cette pratique en clamant que les Noirs veulent que l’on cesse de mesurer leur compétence par rapport à leur couleur en leur accordant, comme tout autre race, une place dans le monde. Entre autres, ce groupe de jeunes veulent que l’on cesse cette refrain « tu as la peau claire, tu es belle. »

Cette ruée vers une société plus juste devrait être une quête collective. Si tel en est le cas, les hommes et les femmes dans le monde entier devraient commencer à se préoccuper des causes, comme celle-ci pour finalement proposer une solution. Une solution qui pourra remédier à ce  faible estime qui empêche à certains haïtiens d’avoir pleinement conscience de leurs compétences.

Laisser un commentaire

Catégories