© %author%

Deux femmes témoignent de l’emprise des hommes armés sur Martissant

La zone de Martissant s’est réveillée ce lundi 11 octoble sous fond de tension. Très tôt des tirs automatiques ont été déclenchés par des hommes armés non identifiés. Une situation qui a provoqué la paralysie totale de la circulation. Les personnes qui prennent la direction du Centre ville sont obligés de rebrousser chemin. Les plus braves sont fouillés par les bandits selon plusieurs témoignages. Deux femmes en parlent.

Toute en sueur, sac à dos bien rempli. Mireille, étudiante de la Faculté d’Odontologie fait partie de ceux et celles qui ont préféré retourner. En dépit de s’être déplacée depuis 5 heure am. « Je ne pouvais pas passer. La route est bloquée au niveau de Fontamara. Et des détonations d’armes à feu sont entendues plus loin », a déclaré la jeune femme résignée qui a patienté durant des heures en espérant que les choses se calment. Selon cette dernière, des bandits ont dépouillé les passants.

Claudine est une commerçante qui a son négoce « anba lavil », habite dans la commune de Gressier. Elle a quitté chez elle vers 8 heures dans la matinée malgré qu’elle a été avertie.  » Si m bloke m ap domi lavil. Dayè mwen gen rad anlè a », a-t-elle affirmé confiante.

Environ deux heures d’horloge plus tard, la mère de famille accepte son sort en faisant demi-tour. La route est impraticable. Prudence est de mise. Dans l’attente, ces deux femmes espèrent passer demain tranquillement.

L’insécurité bat son plein en Haïti. Cette situation perdure à Martissant depuis le debut du mois de juin. Des centaines de réfugié-e-s ont été sauvé-e-s de justesse. Abrité-e-s désormais au centre sportif de Carrefour. Elles ont perdu maisons, enfants, amis. Toutefois les femmes demeurent les plus grandes victimes de cette crise.

Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories