© %author%

Eske baton korije timoun ? Le sujet qui divise Fanm Eklere

Eske baton korije timoun ? Le sujet qui divise Fanm Eklere

Depuis plusieurs jours la page Facebook de Fanm Eklere est animée par un sujet qui interpelle. Eske baton korije timoun ?, s’est questionnée la responsable du blog, Cottecheese Pierre dans un premier temps et a interdit par la suite la maltraitance infantile sur toutes les formes. Une position que partagent plusieurs mères néanmoins une autre catégorie reste dubitative sur la question pendant que certaines croient que « chak moun leve pitit yo jan yo vle ».

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) définit la maltraitance de l’enfant comme toutes les formes de mauvais traitements physiques et/ou affectifs, de sévices sexuels, de négligence ou de traitement négligent, ou d’exploitation commerciale ou autre, entraînant un préjudice réel ou potentiel pour la santé de l’enfant, sa survie, son développement ou sa dignité dans le contexte d’une relation de responsabilité, de confiance ou de pouvoir ». À côté de cette approche des mères haïtiennes croient que les enfants doivent être corrigés.

Plusieurs mères ont témoigné qu’en effet elles avaient l’habitude de frapper leurs enfants. Chose qu’elles regrettent après avoir discuté du sujet avec leurs progénitures. Dorénavant elles ont affirmé qu’elles vont changer de méthode.

« Li di m pa renmen lè w rele sou mwen m di l ok. Mw mande l kòman w santi w lèm rele sou ou, li di’m m santi’m pa sinyifi anyen pou ou lè w fèm sa. M poze l kesyon m di l lè m bat ou kijan w santi w li reponn m pa santi byen men kòm ou konn di m se pou byen pou m ka yon moun demen mwen reziye m ».

Manmi lè w bat mwen li pa fèm byen m konn ap poze tèt mwen kesyon èske ou pa konn si kou yo fèm mal anpil, menm pa janm rayiw pou sa, men pi gwo pwoblèm mwen se paske nan lekòl la lè zanmi m ap pale di manmi yo pa janm kale yo m santi m diferan m deplase paske konvèsasyon sa pa pou mwen, epi m konn ap poze tèt mwen kesyon èske nenpòt moun nan lari a paka bat mwen tou paske manman m konn fèm sa se youn nan rezon ki fèm pè tout moun », un extrait d’une conversation entre une mère et son fils de 10 ans relayé sur la page de Fanm Eklere.

Comme dit l’adage, « les mauvaises habitudes ont la vie dure ». On a retrouvé par ailleurs des opinions telles que :

« Mwen m sèmante 7 fwa 77 fwa 7 fwa M ap tape pitit mwen. M pa p blese l ni kase tèt li men map ba l bon frèt dèfwa pou timoun mw pa fèm kriye ».

« Mpa konn nan ki mond ou konnen wap viv la madanm. Ou vle leve pa w yo san baton, ale se pitit ou ou leve l jan w vle men pa konprann ou ka entèdi lòt pou korije timoun nan mond kowonpi sa nap viv la »

D’autres ont vivement conseillé de changer la façon d’éduquer leurs enfants. D’arrêter d’employer la même modèle d’éducation de leurs parents. « Se yon liv pou m ta ekri sou kijan maltretans paran m yo te konn aji sou mwen menmsi nan tèt yo se pou byenm yo tap fèl. Ann evolye mezanmi. Ann pa leve pitit nou jan paran nou te leve nou.
Timoun pa ti bèt ann sispann bat yo ».

En Haïti, « zafè bat timoun » est une pratique courante. S’il y aurait un recensement sur les familles qui ne suivent pas cette démarche, on imagine que l’effectif serait peu. Pour ne pas dire très peu. Lorsqu’il s’agit de ce genre de débat, on doit s’attendre que les avis seront mitigés. On a besoin de discuter davantage de ces sujets.

Laisser un commentaire

Catégories