© %author%

Femmes au tribunal de l’histoire, une initiative qui honore des femmes qui travaillent au service de la communauté haïtienne

La 7e édition de Femmes au tribunal de l’histoire est pour bientôt. Une initiative qui honore des femmes « issues de toutes les couches confondues de différents secteurs de la vie haïtienne ». Avec un effectif de 22 femmes, une cérémonie d’hommage est prévue pour le 22 mai prochain. Dofen News a rencontré Yves-ner Perrin, responsable de la New Fashion Agency qui est l’instance organisatrice, pour en parler davantage.

Pouvez-vous vous présenter à nos lectrices, lecteurs ?

Yves-ner Perrin : Mon nom est Yves-ner Perrin, originaire de Camp-Perrin. Aîné d’une famille de 5 enfants, après mes études secondaires, je me suis lancé dans le domaine de l’éducation avec le désaccord de mes parents. Je travaille depuis 15 ans dans le monde de la mode et compte une décennie dans le domaine éducatif, étant professeur de lettres. Je suis également Journaliste-présentateur de grands événements.

Dofen News : Pouvez-vous nous parler de cette activité dans les grandes lignes ? D’où est venue l’idée de mettre sur pied une telle initiative ?

Y.P : Femmes au tribunal de l’histoire est une tribune campée pour les femmes qui ont donné leur service au niveau communautaire (privé et public). Et nous sommes à la septième édition.

Étant un féministe né, j’aime voir les femmes dans des postes directives. Cette activité est mise sur pied dans l’objectif de prôner le leadership féminin et ériger ces femmes nommées en figures modèles pour les jeunes filles.

D.N : Qu’est ce que vous avez appris jusqu’ à présent des éditions passées ? Existe t-il des nouveautés pour la prochaine sortie ?

Y.P : La première leçon que j’ai tirée est quand on veut on peut. Les débuts ont été faits avec de la volonté et par la suite la communauté a apprécié. Ce qui m’a donné, la force de continuer. Le programme a bien sûr évolué, passant d’un stade régional à un stade international. Pour l’année 2022, on aura 11 femmes au niveau national et 11 femmes au niveau régional pour un effectif de 22 personnalités féminines.

D.N : Concernant la prochaine édition, on doit s’attendre à quoi concrètement ?

Y.P : Qui ne progresse regresse automatiquement. On prévoit de faire une tournée médiatique avec toute l’équipe organisatrice et dresser un portait dans la presse pour les 22 nominées. Un tapis rouge est prévu pour le 22 mai s’il n’existe aucune contrainte dans le cas contraire ce sera le 29 mai à l’occasion de la fête des mères. Il y aura 7 invitées d’honneur.

D.N : Quelles sont les difficultés rencontrées ?  Et quelle est votre attente ?

Y.P : On rencontre souvent pas mal de difficultés dans les distinctions pour les femmes qui sont très chères. Les sponsors ne répondent pas vraiment. « Lajan pa fasil ».Toutefois nous faisons toujours de notre mieux pour tirer notre épingle du jeu. Malgré la situation du pays qui est un peu tendue, nous travaillons d’arrache pied pour faire de cet événement une cérémonie hors pair, hors norme et hors du commun. Nous attendons le support de tout et chacun d’une façon ou d’une autre (argent, espace, conseils) pour la réalisation de Femme au tribunal de l’histoire.

D.N : Quel est votre message pour le public ?

Y.P : Mes plus vifs remerciements à la population haïtienne et sa diaspora car c’est grâce à leur soutien que nous avons pu arriver à cette sixième édition. Je leur demande de continuer à nous supporter notamment à travers les autres activités qui sont tout aussi positives.

Propos recueillis par Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories