© %author%

La FENAFEMH et son plaidoyer pour une plus grande implication des femmes dans la politique

La Fédération Nationale des Femmes Maires d’Haïti (FENAFEMH) a organisé hier mercredi à Marriott, une conférence de presse pour le lancement de sa série d’ateliers sur la participation et la représentation des femmes dans la gouvernance politique. Le thème de l’activité a été « Participation et représentation des femmes dans la gouvernance locale : obstacles et leviers, leçons apprises ».

D’entrée de jeu c’est la coordinatrice générale de SOFA, Sabine Lamour qui a procédé à une mise en contexte de la situation politique des femmes à l’échelle nationale et internationale. Si au niveau mondial, il existe une certaine avancée sur la condition des femmes politiquement. En Haïti, on ne peut en dire autant. « Quoiqu’elles sont majoritaires sur le plan démographique, les femmes sont absentes sur la table des discussions politiques » a déclaré Madame Lamour.

D’après une étude de la SOFA réalisée en 2016, les raisons qui dissuadent les femmes à s’impliquer sur la scène politique sont multiples. « Il y a cette idéologie qui indique que les femmes ne sont pas habiles à faire de la politique. Le dénigrement basé sur leur sexe. Les violences verbales qui ont un impact négatif psychologiquement », a mentionné la responsable de SOFA.

D’autres personnalités telles que Marie Rodny Laurent, spécialiste en Genre, en Développement et en Égalité des sexes a intervenu sur le thème. Elle a défendu le travail en leadership féminin qui apporte une valeur ajoutée dans la communauté. Des dispositions réelles doivent être adoptées pour limiter les intimidations sur les femmes au niveau de l’État central, a-t-elle ajouté.

Maude Laberge, ancienne mairesse de Sainte-Martine, Québec-Canada a été également de la partie. Son intervention s’est statuée sur « la gouvernance au féminin et cohabitation du sexisme malgré tout ». Elle a proné l’importance du réseautage féminin et également l’érection du parcours des femmes qui ont reussi en politique pour inspirer toutes celles qui aimeraient s’impliquer.

La mairesse de la Vallée de Jacmel, Marie-Yolaine Philippeaux Scutt a été la dernière intervenante. Elle a parlé de son expérience à la tête de sa communauté. Son témoignage a concerné ses exploits, embûches et les leçons apprises.

Finalement la séance a été clôturée par Madame Scutt, la secrétaire générale de FENAFEMH. Des mots de remerciement ont été adressés aux differentes organisations de la société civile présentes et aux parteneraires comme le PNUD, l’Ambassade de Suisse, PAGODE.

Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories