© %author%

L’affaire Joana : Dans quel camp se trouve la vérité ?

Pas plus tard que hier mardi, Joana Dorcéus l’une des victimes de la série de kidnapping a sous-entendu sur les ondes de Magic 9 que la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) serait de mêche avec ses ravisseurs. 24 heures après la porte-parole de la Police Nationale d’Haïti a déclaré que les déclarations de cette dernière sont fausses. Par conséquent la jeune femme qui actuellement vit aux États-Unis serait recherchée par l’Interpol pour diffamation.

Le phénomène de kidnapping fait son chemin tranquillement en Haïti depuis plusieurs mois sous les yeux impuissants de la population. Selon l’avis de plusieurs, c’est une activité qui a des racines profondes. Le dimanche 17 janvier de cette année à Thomassin, Joana Dorcéus, chanteuse danseuse a été enlevée par des individus armés. Neuf mois plus tard, la jeune femme a tenu à faire des révélations choc sur son enlèvement.

En effet sur les ondes de Magic 9, elle est revenue sur les faits mais a révélé qu’après sa libération elle a été à la DCPJ pour dénoncer les ravisseurs. Néanmoins arrivée chez elle ces derniers lui ont clairement dit qu’ils étaient au courant de sa déposition. « Aprè liberasyonm, mwen te al fè yon depozisyon nan DCPJ. Lèm fin kite DCPJ, kidnapè yo relem, yo dim men tout sam sòt di nan depozisyon an… », a-t-elle déclaré. Une nouvelle qui a choqué les internautes.

Marie Michelle Verrier, la porte parole de la PNH a apporté un démenti formel aux propos de l’ancienne étudiante en journalisme. Selon Madame Verrier il s’agit d’un auto-kidnapping concocté de toutes pièces par la prétendue victime pour obtenir l’asile aux États-Unis, pays dans lequel elle séjourne actuellement.

Une situation qui laisse les gens dans le flou ne sachant qui croire. Toutefois bon nombre d’entre-eux sont croient que plusieurs personnalités du pays sont trempées dans le kidnapping et qu’elles en seraient les têtes pensantes.

Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories