Source photo : google search

Parlons CONTRACEPTION avec Profamil

Ce 26 septembre à l’occasion de la journée mondiale de la contraception décrétée depuis 2007. Cette année la Profamil a organisé une journée porte ouverte en son local à l’avenue Martin King.

La contraception, qui se veut être un ensemble de méthodes utilisées pour éviter des grossesses non désirées, est l’une des spécialités de la Profamil qui se donne pour tâche de promouvoir la famille. C’est dans cette optique qu’elle ainsi que d’autres organismes comme : La Soge Assurance, l’EPPF et le FNUAP ont organisé une journée porte ouverte dans le but principal de renseigner les gens sur les méthodes contraceptives qui ont longtemps été très mystifiée en Haïti.

 »Durant cette journée, nous avons eu non seulement des séances de formation, mais nous avons aussi offert des méthodes contraceptives gratuites aux gens à savoir : le stérilet, la pilule, le préservatif, la ligature des trompes … » a déclaré M. Brunard Josué, superviseur et promoteur de Profamil qui a répondu à quelques questions lors d’un entretien avec Dofen News.

Dofen News (DN) : Combien de méthodes contraceptives existe-t-il et lesquelles sont les plus utilisées en Haiti?

Josué Brunard (JB) : Elles sont de plusieurs catégories telles: méthodes hormonales (la pilule), méthodes non hormonales (stérilet), méthodes définitives (vasectomie, ligature des trompes). Mais les plus utilisées en Haïti sont le stérilet qui dure 10 ans, la pilule et le préservatif.

DN : En quoi les méthodes hormonales se distinguent des méthodes non hormonales?

JB : Elles se distinguent du fait que les méthodes hormonales contiennent des produits chimiques, alors que les non hormonales n’en ont pas et parmi lesquelles on peut citer le stérilet au cuivre. 

DN : A partir de quel âge peut-on utiliser ces méthodes?

JB : Elles peuvent être utilisées par toute personne en âge de procréer, si elle le juge vraiment nécessaire. Cependant, la contraception est beaucoup plus pratique chez les célibataires.

DN : Ces méthodes ne provoquent-elles aucun effet secondaire ?

JB : En effet, elles en ont, mais rien de bien grave à part la migraine, la nausée et des maux de ventre. Toutefois, une personne usant ces méthodes, si elle a ces symptômes elle doit retourner voir le médecin chez qui elle avait fait l’application.

En outre, Josué Brunard laisse entendre qu’il y a 33 % des femmes qui se font avorter dans de mauvaises conditions, ce qu’elles paient parfois de leurs vies. Selon lui, cela est du à un manque de planning familial. 

Toutefois, il recommande aux haïtiens, particulièrement les femmes de pratiquer la contraception pouvant les aider non seulement à contrôler leur vie en ce qui a trait à la fécondation, mais aussi à éviter les infections sexuellement transmissibles ainsi qu’à réduire le taux de grossesses non désirées.

Enfin, Monsieur Brunard relate que la Profamil reste à la disposition de toutes celles qui sont dans le besoin. Avec son slogan « Planifye vi w, proteje tèt ou, fè planin ». Profamil se dit prête à aider les haïtiennes à planifier leur vie.

Laisser un commentaire

Catégories