© %author%

Rahmina Paullete, quand la cause est dans les veines

Elle célébrera ses 17 ans à la COP27, Rahmina Paullete, une étoile montante de l’activisme environnemental en Afrique, sa grand-mère a connu un lac Victoria “limpide”, aujourd’hui on le trouve “sombre” : cette profonde dégradation l’a poussé à militer pour l’environnement, transformant même en sacs les plantes invasives qui étouffent le cœur bleu de l’Afrique.

Pour la jeune militante pour le climat, l’histoire pour devenir une militante de l’environnement a commencé par une promenade en bateau annulée.

La jeune Kenyane avait environ 11 ans et avait attendu avec impatience le voyage sur le lac Victoria avec sa mère, mais a trouvé le chemin bloqué par un vaste tapis vert de plantes aquatiques étouffant la baie.

Ma grand-mère me disait que le lac Victoria était limpide, bleu. Maintenant il est si sombre, brunâtre, à cause de la pollution, Je suis rentrée si triste » a déclaré Rahmina.

Elle a commencé à chercher sur l’herbe envahissante. «J’ai découvert qu’en fait, il peut être utilisé pour quelque chose d’utile» dit-elle.

l’adolescente veut mettre les grands de ce monde face à leurs responsabilités face au changement climatique. La grande conférence de Glasgow est une occasion en or pour elle pour se faire entendre.

« La chose la plus importante en étant ici, à la COP26, est de rencontrer les leaders mondiaux et pouvoir leur dire ce qu’ils devraient faire, parce qu’il y a plus d’actions à entreprendre”, dit-t-elle, regrettant des promesses souvent creuses.

Malgré son très jeune âge, elle n’a pas attendu ni hésité pour agir, elle a lancé une association impliquée dans le ramassage des déchets, la plantation d’arbres ou encore des campagnes de sensibilisation.

Sa première étape a été de monter une entreprise de recyclage, elle a évidemment trouvé un moyen d’utiliser les jacinthes d’eau qui envahissent la surface et compliquent sérieusement les déplacements des bateaux de pêche, elle les recycle en sacs, paniers, des sous-verres de table. Mais Rahmina, qui a maintenant 15 ans, ne s’est pas arrêté là.

Elle a lancé une campagne intitulée «Let Lake Victoria Breathe Again», pour la restauration des écosystèmes du lac, avec des pétitions en ligne et des marches hors ligne.« Je suis personnellement touché par les changements climatiques, a-dit-elle, « Je sais à quoi les gens font face, en particulier les gens des endroits les plus touchés. »

Les pluies intenses de l’année dernière ont gonflé de nombreux plus grands lacs du Kenya à des niveaux jamais vus depuis au moins un demi-siècle, certains de plusieurs mètres ou plus cette année seulement, après des mois de précipitations extrêmes que les scientifiques ont liées au changement climatique.Le phénomène provoque d’immenses inondations, chassant des milliers de personnes de leurs maisons.

Dans le lac de Kisumu, où Rahmina a grandi, les gens ont vu des changements spectaculaires dans l’environnement, sa grand-mère se rappelait une vaste étendue de bleu clair. « Vous pouviez même voir le poisson, » dit Rahmina.

Maintenant, l’eau trouble est souvent recouverte par l’infestation des jacinthes d’eau et souffre de la pollution et des proliférations d’algues nuisibles qui peuvent être toxiques pour les poissons.

« En ce moment, si vous pouvez retourner au lac Victoria, vous verrez beaucoup de plastiques, beaucoup de déchets et vous verrez des poissons morts, » dit-elle. « Si nous n’agissons pas, la génération future ne pourra pas profiter de ce que vous appréciez en ce moment, ou même de ce que nos ancêtres avaient l’habitude de profiter, cela deviendra un désastre mondial », a-t-elle dit.

Rahmina a déclaré qu’elle estime que sa voix « commence à être entendue par de nombreuses personnes », aidée par la plateforme en ligne qu’elle a comme modèle, après avoir remporté un concours de beauté en Afrique.

“Quand vous avez une couronne, cela vient avec des responsabilités”

Elle compte étudier la politique climatique et les relations internationales.

« Mon ambition est de créer un avenir durable et de rendre le monde meilleur »

Rahmina a déclaré qu’elle est venue à Glasgow pour persuader les dirigeants mondiaux de travailler avec de jeunes militants pour le climat. « Nous allons travailler avec eux, ou déraciner le système, » dit-elle.

Rahmina Paullete à la COP26, à Glasgow, en novembre 2021. — © Paul Ellis/AFP

“Si nous pouvons tous nous rassembler et lutter pour ce qui est juste, cela rendra le monde meilleur”, assure l’adolescente. “Dirigeants mondiaux, s’il vous plaît, agissez avec nous !”.

Plus de publications

Laisser un commentaire

Catégories