© %author%

Sylvie Jean Lavalée, victime de racisme témoigne

La Miss Vidéomax 1998, la toute première, Sylvie Jean Lavalée qui vit actuellement en France a été victime de propos racistes faits par un certain Hervé Alix sur sa carnation, son physique et son origine. En faisant un commentaire sur le plat qu’il a commandé au restaurant où travaille l’ancienne reine de beauté, le client insatisfait a profité de glisser des paroles discriminatoires à son encontre. Sylvie a été au micro de Dofen News pour nous raconter les faits.

Dans un premier temps, il a vivement critiqué le goût de son plat. Par la suite il a félicité la qualité du service mais la présence d’une femme noire va rendre le type sans voix et déçu à fond. « Mais que vient faire en salle cette personne de couleur ? Se mêlant de la conversation entre les serveuses et les clients. Dans une tenue qui n’améliore pas son aspect physique : 15 m de hauteur pour 1.50 tour de taille avec, pour compléter le tableau, un décolleté qui aurait sa place dans les bas fonds de Port-au-Prince », a-t-il écrit. Des injures discriminatoires et offensantes.

D.N : Dites nous Sylvie est-ce pour la première fois que vous êtes victime de propos racistes ?

Sylvie Jean Lavallée : C’est pour la première fois de toute mon existence, directement et personnellement, que je suis sujette à des propos racistes. Pourtant depuis toute petite j’ai commencé mes études en France dans des écoles à majorité blanche. 

D.N : Comment vous vous êtes sentie après avoir reçu la nouvelle ?

S.J.L : Au début cette nouvelle m’a choquée, blessée et même un peu traumatisée. J’ai pleuré pendant toute une journée et j’avais du mal à dormir la nuit. J’ai déposé une plainte suite à laquelle, on m’a demandé de consulter un psychologue car il s’agissait de propos blessants et offensants.

D.N : Quelles actions comptez vous poser par rapport à ces faits récents ?

S.J.L : Plusieurs actions sont déjà posées. J’ai lancé une pétition sur Change.org pour toucher le plus de monde que possible et que justice soit faite. Une campagne est également projetée sur Facebook pour dire NON AU RACISME. J’en suis victime aujourd’hui mais je sais qu’il y a beaucoup de gens qui en vivent au quotidien, et déjà on me raconte qu’il y a beaucoup de racisme à Port-au-Prince.

D.N : Comment le public haïtien pourrait-vous aider dans vos démarches ?

S.J.L : Avoir été de mon côté est la plus belle chose que le public haïtien a fait pour moi et je le remercie chaleureusement. Cela fait trois jours depuis que ces propos racistes ont été émis sur ma personne, c’est à grâce au soutien de ce dernier que je mène cette lutte contre le racisme. « L’union fait la force », la devise de notre pays dit vrai. Une fois que j’ai fait la dénonciation, les gens n’avaient pas négligé de me supporter. Les haïtiens-nes peuvent continuer à m’aider en signant et en partageant la pétition. Malgré qu’Haïti est un pays noir, les personnes victimes doivent dénoncer ces gens écervelés et ignorants d’ailleurs, il devrait y avoir des organisations pour cela sur le territoire.

D.N : Quels sont vos conseils pour toutes les jeunes filles et femmes de couleur qui auront à faire face à ce genre de situation ?

S.J.L : Mon message est universel.Je vous conseille de croire en vous même. Il faut s’assumer. Aimez votre couleur, votre origine, votre physique. Que vous soyez gros-se ou maigre. Au début ça va être choquant mais après il ne faut pas rester dans son coin pour pleurer. Vous devez dénoncer le racisme sur toutes les formes. Il faut en parler à votre entourage.

Laisser un commentaire

Catégories