© %author%

Wiskaelle Gaella Bellevue, celle pour qui former des jeunes est une passion

Née un 7 juillet dans la ville de Jacmel, Wiskaelle Gaella Bellevue a fait ses études primaires au Centre Alcibiade Pommayrac et a bouclé ses études classiques au Collège Suisse. Plus tard, elle a entamé ses études en sociologie à la faculté d’Ethnologie, elle y a malheureusement passé seulement 2 ans à cause des troubles politiques, de l’insécurité qui empêchaient le bon déroulement des cours. Elle voulait alors soit étudier l’Agronomie, soit la Mode.


Puisqu’il était impossible pour elle de poursuivre ses cours à la FE, elle a dû s’inscrire à l’École Anne Marie Desvarieux où elle a étudié la Haute Couture. Elle a aussi reçu une formation en gestion de projet à l’Université de Port-au-Prince.

En prenant ces cours à Anne Marie, elle a fini par réaliser que beaucoup d’opportunités s’offraient à elle, du coup elle a eu l’idée d’ouvrir sa propre entreprise. Ainsi, depuis 2015 « KL Création » a évolué petit à petit jusqu’à devenir un atelier complet.

Depuis un an, la jeune et talentueuse designer est de retour définitivement dans sa ville natale. Instruire des jeunes est pour elle une manière de se surpasser, c’est un sacerdoce, dirait-on. Au total, 200 jeunes ont été formés en maroquinerie dans l’Ouest du pays, le Sud et le Sud-est pour l’année 2021. Elle a également avec l’aide d’un collaborateur dispensé des cours de peinture. Son premier contrat a été de former des gens à mobilité réduite.

Malgré son jeune âge, elle a su par son savoir-faire, permettre à d’autres jeunes de s’intégrer sur le marché du travail, ou de devenir autonomes.

Former des jeunes gratuitement pour sa part demande de la passion et de la volonté. C’est ainsi qu’elle a instruit les jeunes femmes de la prison civile de Jacmel en maroquinerie et en autre production artisanale.

La détermination est l’un des éléments indispensables dans tout ce qu’elle entreprend et voir les jeunes qu’elle a formées exposer leurs fabrications dans des foires, est pour elle le signe d’avoir fait œuvre qui vaille. Les voir aussi monter de petites entreprises et qu’ils arrivent à vendre 5 ou 6 sacs par mois est plus qu’une satisfaction. La confectionneuse est fière de les voir poster leurs réalisations sur les réseaux sociaux, elle pense que c’est là, un grand signe d’espoir.

Kaelle aime énormément son pays elle lui droit tout, d’ailleurs à son jeune âge elle a assez fait pour son bien-être. Cependant, si l’opportunité s’offre à elle de le quitter, elle le fera, sans pour autant le nier, elle ne saura pas oublier ses origines.

Bellevue a été très surprise en recevant la nouvelle de sa nomination. Elle sait pertinemment qu’elle fait du bénévolat, qu’elle forme des jeunes, aide ainsi à l’avancement de sa communauté à sa manière, mais, pas un instant de la durée, elle a pensé que son travail serait remarqué, jusqu’à être nominée Femme Dofen Awards 2021.

Pour elle, le prix Femmes Dofen Awards est une initiative louable, lorsqu’elle considère que les femmes font des choses remarquables, mais ne sont pas photographiées assez, alors que ce prix les met sous les feux des projecteurs.

Laisser un commentaire

Catégories