© %author%

Source photo : page facebook Yvelise Saintidor

Yvelise Saintidor toute excitée à l’idée de participer au concours national de la FBH

Le 14 juillet 2022, l’avocate Yvelise Saintidor a remporté la finale du concours de plaidoirie du barreau des Côteaux. Le thème retenu était : « Le pouvoir du juge de créer le droit ». Après avoir accompli ce sacre, la défenseure des droits humains aura l’occasion de représenter son barreau lors de la 2e édition du concours national de plaidoirie organisé par la Fédération des barreaux d’Haïti (FBH).

Originaire de Fond-des-Blancs, Yvelise Saintidor est avocate au Barreau des Côteaux et également étudiante en journalisme à l’ISNAC. Après avoir suivi une formation intensive l’année dernière sur le Droit des réfugiés à l’institut international des Droits de l’homme de Strasbourg, elle a remporté cette année le concours de plaidoirie organisé par le barreau des Côteaux.

« Après avoir remporté le concours, je me suis sentie submergée de fierté. Mes trois nuits sans sommeil en valaient la peine. J’ai compris que toute réussite exige d’énormes sacrifices », a déclaré Yvelise Saintidor. Après avoir remporté cette compétition, elle aura l’opportunité de faire montre de ses capacités sur le plan national et international.

« Ce sera pour moi un honneur de représenter mon Barreau au niveau national, mais également au niveau international, puisque hormis le concours national de plaidoirie de la fédération des barreaux, j’aurai à représenter le Barreau des Coteaux au niveau international au concours de la conférence internationale des barreaux (CIB) », dit-elle, l’air satisfaite.

Yvelise Saintidor a été en 2020 parmi les finalistes de la cinquième édition du concours de plaidoirie du Bureau des droits humains en Haïti (BDHH). Pour elle, ce n’était pas un échec.

 » Je n’ai jamais connu l’échec dans ma vie, parce que vous savez, dans une course, j’ai toujours deux options, soit je gagne, soit j’apprends, dit-elle. En 2020, poursuit l’avocate, j’ai appris à me perfectionner en matière d’art oratoire, j’ai appris à mieux maîtriser les techniques pour argumenter, répliquer et convaincre « .

Après sa participation à concours de plaidoirie, elle a eu la chance d’intégrer le bureau des Droits humains en Haïti.

 » J’ai eu l’opportunité d’intégrer l’institution à titre d’étudiante stagiaire. J’ai gravi assez vite les échelons et jusqu’à date, je travaille au BDHH et je suis point focal du pôle Violences Basées sur le Genre. À travers ce dernier, je fais de la défense du droit des femmes et des filles mon cheval de bataille », conclut-elle.

Laisser un commentaire

Catégories