© %author%

« Ce n’est pas à moi de valider le ressenti que les gens ont envers leur corps » a répondu Adele à ses détracteurs

One Night Only, émission de la présentatrice vedette Oprah Winfrey a reçu au début de la semaine la chanteuse britannique Adele. Cette derniere s’est confiée sur sa vie privée, sa carrière y compris sa perte de poids vécue comme une trahison par les militantes du mouvement Body Positive.

Il y a un an de cela, soit en 2020, la voix de Someone like you a posté sur Instagram une photo d’elle amincie qui a supris plus d’un. En effet, la chanteuse venait de rompre avec son mari, Simon Konecki après huit ans de relation. Elle a profité d’argumenter sur sa perte de poids.

« Je ne suis pas choquée ni décontenancée, parce que mon corps a été traité comme un objet depuis le début de ma carrière. Est-ce que je suis trop grosse ? Trop petite ? Est-ce que je suis belle ou pas ? », a-t-elle déclaré.

La mère du petit Angelo avait donc fait choix du sport pour catalyser sa peine et ses angoisses. « Je me suis sentie coupable que [ma perte de poids, ndr] ait pu mener certaines personnes à se sentir horribles dans leur peau, mais ce n’est pas ma responsabilité », a-t-elle évoqué face aux différentes critiques.

Avec son album intitulé 30, qui va sortir ce 19 novembre prochain, Adele a confié à l’animatrice star, « j’ai remarqué que je n’étais pas anxieuse lorsque j’étais à la salle de sport, alors c’est devenu mon moment à moi ». À celles qui ont vécu ce changement comme une sorte de trahison, l’artiste a répondu, « Ce n’est pas à moi de gérer la relation que les gens ont avec leur propre corps. Cela me fait de la peine si ma perte de poids a fait que certaines personnes se sentent mal vis-à-vis de leurs corps (…) J’essaie déjà de gérer ma propre vie. Je ne peux pas m’ajouter une autre inquiétude ».

Avec son nouveau chéri, l’agent Rich Paul, la mère célibataire a affirmé qu’elle se sent bien dans cette nouvelle aventure et serait même prête à devenir maman pour une seconde fois. « J’aimerais avoir d’autres enfants. Ce ne serait pas la fin du monde si je n’en avais pas parce que j’ai Angelo, mais oui, je le pense ».

Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories