Crédit photo James Georges

Et si les entrepreneures s’investissaient avec passion

« Vers des entreprises saines, viables et dynamiques fondées par des femmes » fut le thème de la formation des 25 femmes entrepreneures organisée le 07 mars 2018, à l’hôtel El Rancho par la Chambre de Commerce des Femmes Entrepreneures d’Haïti (CCFEH).

S’il fut un temps où les hommes étaient les seuls à tenir les rênes du chariot, à présent on évolue dans un pays où certaines femmes font tout pour sortir de l’invisible à travers l’entrepreneuriat.  Ainsi, la CCFEH, à l’occasion de son 2eanniversaire, a permis à 25 femmes-membres d’assister à une formation autour du thème « Vers des entreprises saines, viables et dynamiques fondées par des femmes ». Celle-ci leur offre la possibilité de faire le diagnostic de leurs entreprises en vue d’améliorer sa performance.

A cet effet, Martine Théodore, spécialiste en parfumerie et militante pour le respect des droits des femmes haïtiennes a, par le biais d’exercices pratiques, invité les entrepreneuses à tenir compte des exigences du marché et comprendre le fonctionnement de leurs entreprises pour répondre à la concurrence. Certes, faire la radiographie de l’entreprise est un processus nécessaire et efficace, cependant, elle ne répond pas à toutes les normes. De ce fait, à la lumière des expériences de Thomas Stanley, coordonnateur de I sell distribution, on a pu découvrir les diverses manières à travers lesquelles on peut vendre les produits. Et cela, en considérant le type de client avec lequel on s’apprête à rentrer en accord. D’ailleurs, la meilleure manière de générer les ventes et de garder la clientèle, selon lui, dépend de la solution proposée pour pallier et améliorer la situation précaire et incertaine du client.

Tout entrepreneur qui vise à créer et garder une image de marque doit à tout prix se servir des avantages des réseaux sociaux pour comprendre l’évolution et l’environnement de la clientèle ciblée, puisque « Produire sans information, c’est produire à moitié » selon Marcel Blanchet.

D’une part, cette formation a offert à Wandalesky Boursiquot, étudiante en marketing au CEDI, l’opportunité d’apprendre que développer son business ne dépend pas seulement de la somme qu’on possède mais de la passion qu’on éprouve à faire de l’entreprise un succès. D’autre part, Jeannette Duval, directrice de l’Ecole Notre-Dame d’Août, a fait part de la stratégie qu’elle a mise en œuvre et qui a conduit son institution sur la voie de l’excellence. 

Monter son entreprise, connaitre et vendre son produit, produire en restant informé, quoi de plus pour faire valoir sa marque ? La CCFEH a célébré ses 2 ans en présentant à toutes ces femmes un ensemble de stratégies pour faire de l’impact dans le monde des affaires.

Laisser un commentaire

Catégories