© %author%

Crédit photo : Dofen News

La Mairie de Port au Prince a célébré la journée internationale des filles

Pour célébrer la journée internationale des filles, décrétée depuis 2012 par l’ONU, la Mairie de Port-au-Prince, en partenariat avec le programme de coopération municipale Haïti-Canada a réuni près de vingt-cinq écoles à l’auditorium de la faculté de Médecine et de Pharmacie(FMP) ce jeudi 11 octobre. «Egalité des femmes et des hommes dans l’accès à l’emploi » tel est le thème qui a fait l’objet d’une causerie entre plusieurs femmes expérimentées et les écolières.

La Mairie de Port-au-Prince sur l’initiative de la Mairesse adjointe Kettyna Bellabe,a tenu une journée de réflexion et de causerie réunissant près de trois cents écolières au local de la FMP.La mairesse a profité de l’occasion pour attirer l’attention des écolières sur la transition de « fille à femme »,qui selon elle,doit se faire à la base par l’éducation tout en cultivant ces qualités telles: la tolérance, le respect mutuel, l’honnêteté et la franchise. » Définissez vos priorités dans la vie si vous voulez réussir  » a-t-elle suggéré aux participantes.

Cette journée vise non seulement la sensibilisation des filles sur les nombreux défis auxquels elles font face tels: le viol, la maltraitance, la déscolarisation dans la société. Mais aussi leur parler des différentes professions que peuvent  embrasser à présent les femmes.Ainsi,les participantes ont eu l’occasion d’échanger avec de brillantes et courageuses femmes comme Nahomie Jean Baptiste, Charline Dubuisson, Valérie B. Fabius, Dominique Clément,Carine Raymond, Seika Dorcé et Suzanne Audate.

Dans une société où la gente éminine est délaissée, l’égalité des genres demeure l’un des plus grands facteurs pouvant aider à développer cette société. Comme beaucoup le pensent, l’égalité entre homme et femme n’est pas une affaire de compétition, mais plutôt la manifestation du potentiel dont dispose chacun.

Ainsi en Haïti, si on s’y met à promouvoir la potentialité des filles, cela permettra au pays de se mettre sur le train du développement, car on a besoin des deux sexes pour progresser vers l’avant.

Selon Michella Louis,le distinguo entre fille et garçon devrait désormais être mis de côté, parce qu’ aujourd’hui les femmes embrassent presque toutes les professions qui depuis des lustres étaient destinées aux hommes. On voit à présent des femmes comptables, ingénieures, mécaniciens.

Toutefois, pour que cette égalité puisse exister entre homme et femme, il faut que l’éducation soit prise en otage. «si vous voulez changer le pays, il faut vous éduquer » dixit la vice doyenne de la FMP madame Magalie Rosemond.

Laisser un commentaire

Catégories