© %author%

Lourdjina Vixamar, l’étoile montante du Fashion mode haïtien

Elle n’a que 21 ans, certains pourraient se demander, qu’a t-elle comme expérience dans le monde de la mode jusqu’à détenir sa propre entreprise ? Alors, la réponse la plus adéquate se résume en ce vieux dicton de Pierre Corneille : « Je suis jeune, il est vrai; mais aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ».

Lourdjina Vixamar a fait ses débuts dans ce monde très convoité, dès l’âge de 16 ans. Sa première expérience a été sa participation à un concours international à Port-au-Prince. Les organisateurs lui avaient demandé d’organiser des activités sociales. Ainsi, elle a opté pour la formation des jeunes. Avec l’aide des gens de son quartier, elle a aussi mis sur pied un championnat et un fashion show. Très jeune, elle a donc été monitrice, formatrice de mode.

Lourdjina est une jeune Capoise, entrepreneure et étudiante en administration à l’Université Notre Dame d’Haïti (UNDH). Elle a entamé ce champ d’étude dans l’intention de bien gérer ses entreprises, Erotic Boutique et Fashion Up Haïti. Elle évolue également en freelance. Née le 17 septembre 2001, elle a fait ses études primaires et secondaires au Collège Régina Assumpta. Elle est Mannequin et danseuse professionnelle.

Passionnée de l’entrepreneuriat, Lourdjina n’aime pas trop se divertir, elle se consacre de préférence à ses affaires et aussi à Fashion Up Haïti, le projet qui lui tient le plus à cœur.

Pour la journée mondiale de la mode célébrée le 26 août, elle avait prévu d’organiser le tout premier Fashion Show de Fashion Up Haïti où sur le perron de la Cathédrale du Cap-haïtien aurait défilé des mannequins portant les pièces de collections de plusieurs designers haïtiens. Malheureusement, dame pluie s’est mêlée de la partie, le show n’a finalement pas eu lieu et a été reporté au 26 décembre 2022 à l’occasion du gala d’anniversaire de Fashion Up Haïti.

Le rêve le plus ambitieux de Lourdjina est de porter Fashion Up Haïti à un niveau international. Pour arriver à ce standard, elle précise qu’il ne lui faudra que de la créativité et de l’originalité, quoi qu’elle sait que les moyens financiers sont très important.

« Dès qu’on veut, on peut. Même sans de grand moyens financier ». Pour elle, « la beauté des choses dépend de ce que l’on fait de ce que l’on a », elle a aussi mis l’accent sur l’éducation qui dit-elle « aide les gens, la population a mieux comprendre ce que c’est que « la mode ».

Monter sa propre entreprise de mode n’a pas été facile. Sa source de motivation a été la discrimination ou le rabaissement porter à l’égard des mannequins, c’était donc le traitement qu’elle subissait en tant que mannequin qui lui a beaucoup motivé. Pour elle, le mannequinat est un métier et une passion à la fois et il y a le côté rentable de la mode que certains ignorent. La jeune femme est persuadée que ce secteur peut contribuer au rehaussement de l’économie. D’ailleurs, ce sont ces questions qui lui trottent tous les jours la tête.

 » Pourquoi ne pas acheter les vêtements créer par les designers haïtiens ? Pourquoi importer des vêtements de designers étrangers ? Elle réitère sa vision de la réalité qui n’est autre que « la mode peut remédier à l’économie qui se dégrade en Haïti ».

Lourdjina n’est pas seule dans sa belle aventure. Elle dit recevoir le support des membres de sa famille qui l’aide énormément, des amis qui apportent leur support à leur manière, soit par du bénévolat, avec la promesse d’être rémunéré plus tard, ou par don de matériels.

« Fashion Up Haïti est une société civile professionnelle, avec un groupe de personnes exerçant dans le même domaine, travaillant de concert pour arriver à un même but. Le nôtre c’est la mode, nous voulons rééduquer le peuple, faire beaucoup plus d’activités de mode en Haïti et au Cap-Haïtien », a t-elle indiqué.

La jeune entrepreneure a été clair sur le fait que Fashion Up Haïti soit une plateforme qui regroupe des mannequins qui veulent grandir ensemble et montrer leur talent au monde. Il n’y a point de concurrence entre elle et d’autres entités de ce genre.

« S’il y a d’autres entreprises qui veulent nous concurrencer, ce qui nous démarquera d’elles c’est notre solidarité, notre expertise et aussi notre créativité. Au lancement de notre entreprise, les commentaires étaient très positifs, c’est pour la première fois que ce genre d’activité est organisé au Cap-Haïtien. La ville en a besoin alors tout cela nous démarquera des autres ».

En plus de savoir ce qu’elle veut dans la vie, la jeune femme tient aussi à donner des conseils aux autres jeunes.

« Vous vous plaignez souvent de votre situation parce que vous n’arrivez pas à progresser. Vous vous demandez ce qu’il faut faire, pendant que vous procastiner. Arrêtez ! Si vous ne faites rien c’est votre faute. Si vous réussissez, c’est grâce à vous. Sortez de votre zone de confort, réfléchissez à un plan, puisque vous ne pourrez pas rester sans ne rien faire. Commencer par sauver votre vie, vous ne pourrez plus vous plaindre. Vous êtes les seuls à vous sortir dans votre situation actuelle. Votre vie vous appartient » a t-elle conclu.

Plus de publications

Laisser un commentaire

Catégories