© %author%

Mazile Argentine, une femme sapeur-pompier très engagée

Membre de plusieurs organisations et cosmologue de profession, Mazile Argentine est cette femme qui évolue dans un secteur difficile. La nommée de l’initiative « Femmes au Tribunal de l’Histoire 2022 » est sapeur-pompier. La native des Cayes nous confie davantage sur sa passion et ses ambitions.

Dofen News : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs, lectrices ?
Mazile Argentine : Je viens des Cayes dans le Sud d’Haïti, d’une famille de 5 enfants dont je suis la cadette et l’unique fille. J’ai fais mes études primaires chez les soeurs de Ste-Anne des Cayes, et mes études secondaires au Lycée Philippe Guerrier des Cayes. J’ai été au BTI ( Bishop Tharp Institute) pour des cours d’informatique de bureau, et ensuite à l’Alliance Informatique des Cayes pour apprendre les Sciences Informatiques. Je suis cosmétologue de profession et propriétaire d’un salon de beauté. Mère célibataire d’un garçon de 12 ans.
Je suis fondatrice et présidente l’Organisation des Femmes Sud en Action (OFSA), membre de Zèklè Group Fanm Nan Sid (ZGFNS) et aussi membre de WOFE, une organisation internationale spécialisée en recherches, sauvetage et secouriste. Je suis Sapeur-Pompier.

D.N : Qu’est ce qui vous a poussé à devenir sapeur-pompier ? Depuis quand l’êtes vous ?
M.A : Je n’aime pas les choses faciles et j’aime me mettre à la disposition des autres en cas de besoin. En 2014, lorsque la direction Sud de la Police Nationale d’Haïti a décidé de recruter des jeunes pour une formation en Sapeur- Pompier, et je me suis dite: « Tu sais Argentine, c’est une opportunité qui se présente afin de mieux vous former en risques, désastres et incendie pour pouvoir aider les autres. » Et je me suis lancée sans hésitation. Et ça fait environ 8 ans que je pratique ce métier.

D.N : Quelles ont été les difficultés rencontrées ?
M.A : Les choses n’ont pas été faciles. J’ai dû surmonter pas mal d’ obstacles m’empêchant d’accomplir correctement mes tâches, tels que matériels, salaire. Je suis sapeur-pompier volontaire. En dépit de tout cela, j’ai continué et continue encore à me donner à fonds dans ce boulot.
J’aime beaucoup mon travail et les risques qui viennent avec. Dès qu’il s’agit d’urgence, il y a des vies humaines et des biens d’autrui en jeu, par conséquent toutes les autres choses passent au second plan.

D.N : Quelles sont vos ambitions ?
M.A : Elles sont plusieurs. Créer des entreprise pouvant m’aider à desservir ma communauté. Faire de l’ OFSA une organisation de femmes de renommée mondiale. Devenir une femme influente. Devenir experte en recherche, sauvetage, secouriste et en incendie.

D.N : Quel est votre projet sur le long terme ?
M.A : Je travaille sur un projet assez ambitieux, celui de donner des séances de formation professionnelles aux filles et aux femmes vivant dans les quartiers défavorisés, travaillant dans les boites de nuit.

D.N : Avec quel sentiment, êtes-vous l’une des Femmes au Tribunal de l’Histoire ?
M.A : Être l’une des Femmes au Tribunal de l’Histoire 2022 est pour moi un honneur et aussi une source de beaucoup plus de motivation. M’impliquer dans toutes les activités positives pouvant aider au bon fonctionnement de ma communauté et de mon pays.

Propos recueillis par Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories