© %author%

Qatar 2022 : pour la première fois, 6 femmes vont siffler à la Coupe du monde

Elles s’appellent Salima Mukansanga, Stéphanie Frappart et Yoshimi Yamashita et elles font partie des arbitres centraux du prochain mondial au Qatar. Une première historique dans ce sport encore majoritairement masculin.

C’est peut-être le seul point positif de cette Coupe du monde au Qatar, pour certains. Pour la première fois, des femmes font partie des arbitres du mondial masculin. Elles sont six, issues de six nationalités différentes : la Rwandaise Salima Mukansanga, la Française Stéphanie Frappart, la Japonaise Yoshimi Yamashita et les arbitres assistantes Neuza Back du Brésil, Karen Diaz Medina du Mexique et Kathryn Nesbitt des États-Unis. Une première historique, que l’on n’imaginait pas survenir au Qatar.

Depuis qu’elle est devenue en 2019 la première femme à officier une rencontre de Ligue 1, Mme Frappart (38 ans) ne s’est plus arrêtée de gravir les échelons. Finale de la Coupe du monde féminine 2019, Supercoupe de l’UEFA 2019, Ligue des nations, Ligue Europa, Ligue des champions, choc décisif en D1F, première femme retenue parmi les arbitres pour un Euro en 2021, finale de la Coupe de France en 2022, Euro féminin 2022… Il ne manquait à la Française que la Coupe du monde masculine à son palmarès.

À 34 ans, Mme Mukansanga est la première femme du continent africain à assurer la fonction d’arbitre lors d’une Coupe du monde. Une fierté pour cette Rwandaise qui est devenue une pionnière en janvier 2022 en officiant lors de la Coupe d’Afrique des nations masculine au Cameroun.

Cette nomination fut une surprise pour Yoshimi Yamashita. Au Qatar, elle sera la troisième et dernière femme à officier en tant qu’arbitre principale avec Mme Frappart et Mme Mukansanga. Une récompense pour celle qui est née à Tokyo et qui est devenue officiellement arbitre internationale en 2015. Depuis, sa carrière a été fulgurante : Coupe du monde féminine 2019, tournoi olympique féminin 2021, premier match en J-League le championnat japonais en 2021 et même Asian Champions League en avril dernier.

Les trois dernières femmes arbitres lors de ce mondial se nomment Neuza Back (38 ans), Karen Díaz Medina (38 ans) et Kathryn Nesbitt (34 ans). Kathryn Nesbitt, habituée des matches de MLS, a jusqu’en 2019 officié en parallèle de sa carrière d’analyste en chimie.

La Mexicaine Karen Díaz Medina a sûrement le même rêve. Après avoir débuté par une carrière de footballeuse, elle s’est tournée vers le métier d’arbitre pour se faire une place de choix dans son pays. Non sans mal. Comme ses homologues, Karen Díaz Medina a été confrontée à des salves de critiques liées à son statut de femme. Des épreuves qui ne l’ont rendue que plus forte.

Quant à Neuza Back, elle est Brésilienne et est surtout connue pour avoir fait partie du premier trio entièrement féminin désigné par la Fifa pour arbitrer une rencontre. C’était le 7 février 2021, pour un match de Coupe du monde des clubs entre Ulsan Hyundai et Al Duhail.

Plus de publications

Laisser un commentaire

Catégories