© %author%

Photo soumise par Yama Laurent

Yama Laurent: la voix d’Haiti au sommet du monde

Dans la nuit du 6 au 7 mai 2018, les réseaux sociaux étaient enflammés. Une grande première avait eu lieu. Une femme hors du commun a remporté la Voix 2018. Elle n’est pas la première mais elle est la première haïtienne à l’avoir fait. En tête d’affiche, dans toutes les publications, à la une de tous les journaux, en dur ou en ligne, on pouvait lire « YAMA LAURENT SACRÉE LA VOIX 2018 ». Cette femme timide et réservée a su, grâce à sa voix, s’emparer du cœur des mélomanes du Québec et de son pays

Plus d’un mois après sa victoire, on n’est toujours pas guéri du phénomène Yama Laurent, la talentueuse jeune femme à la voix de tonnerre qui a épaté les spectateurs et téléspectateurs d’un des plus grands concours de chant. Faisons un retour sur le parcours cette chanteuse dont le nom restera graver dans les annales pendant un long moment.      

Dofen News : Qui est Yama Laurent ? 

Yama Laurent : Yama Laurent est une gentille petite dame qui aime bien chanter.

D.N : Comment avez-vous découvert votre passion pour la musique ? Avez-vous toujours voulue être chanteuse ? 

Y.L : Ça fait deux ans et demi et ca date de l’époque où j’étais à l’université. Avant, j’écrivais des poèmes et je les récitais. Les étudiants n’ont pas aimé et m’ont conseillé de chanter les paroles à la place, eh Voilà ! J’aimais chanter mais je ne me voyais pas sur une scène à faire des spectacles grandioses. 

D.N : Dans combien de concours avez-vous participé ?

Y.L : J’ai participé à quatre (4) concours. Le World Championship of Performings Arts (WCOPA), à la 18e édition du Tremplin de Dégelis au Québec, au Trois Pistoles en Chanson à Trois Rivières au Québec et à La Voix. 

D.N : Vous vous êtes installée au Canada en août 2016, comment s’est passé votre période d’intégration ? 

Y.L : Le processus a été un peu difficile mais je me suis adaptée rapidement. J’étais particulièrement impressionnée par les viaducs et le métro.

D.N : Dans toutes les vidéos où vous apparaissez au côté de Garou lors du concours, on peut voir qu’il est une personne que vous admirez. Qu’aviez-vous ressentie quand vous aviez su qu’il était l’un des coachs et pourquoi êtes vous allée dans son équipe ?

Y.L : Quand j’ai su que Garou allait être coach à la Voix, j’avais déjà passé les pré-auditions. Je me suis dit que ça serait un honneur pour moi de chanter devant lui et s’il se retourne, c’est certain que je le choisis. 

D.N : Vous aviez promis de ne pas pleurer lors de la finale, pourquoi ? 

Y.L : J’ai fait cette promesse parce que ma mère dit souvent : « ce qui t’arrive est le résultat de ton choix. Donc, il faut contrôler ses émotions car c’est notre choix d’être la où l’on est. » Je n’ai pas été capable de le faire tout au long du concours, je me suis dit que j’allais l’écouter pour la grande finale. 

D.N : Vous aviez obtenu 60% de vote populaire sachant que le plus haut pourcentage, de toutes les éditions confondues, variait entre 32 et 50%. Une telle acceptation de votre talent par le peuple québécois veut dire quoi pour vous ?

Y.L : C’était inimaginable, c’était incroyable de voir comment les gens avaient investi leur temps en moi. C’est un cadeau que j’apprécie beaucoup. 

D.N : Yama Laurent sacrée la Voix 2018. Un rêve devenu réalité, un exploit ou une chose qui devait arriver tôt ou tard ?

Y.L : C’est un rêve et un exploit. Je crois que le temps à jouer en ma faveur et que si c’était une autre année, ça serait passé de la même façon. 

D.N : Un peu de nous, la chanson de la victoire. Chanson coécrite par Garou rien que pour vous. Quelles ont été vos premières pensées face à cette idée ? 

Y.L : J’avais félicité Garou d’avoir pris, en si peu de temps, le temps de me connaitre et d’avoir écrit une chanson qui me ressemble beaucoup. C’était un travail difficile et c’était une grande chance de chanter une chanson de Garou. 

D.N : Vous avez chanté sur la même scène que des icônes féminins de la musique internationale comme Ginette Reno et Lara Fabian. Qu’avez-vous ressentie d’être parmi elles ?

Y.L : Je dis souvent que tout ce qui m’est arrivé à la Voix est que du bonheur et c’est le cas. Je me sens honorée d’avoir eu cette chance, d’avoir pu chanter avec ces personnes si importantes dans le monde musical. Si c’était à refaire, je referai tout sans rien changer.  

D.N : Quels ont été vos meilleurs moment durant les treize (13) semaines du concours ?

Y.L : Quand Garou s’est retourné lors de l’audition à l’aveugle. A ce moment, je me sentais déjà satisfaite de mon parcours à la Voix. Je n’avais rien d’autre. 

D.N : Quels sont vos futurs projets ?

Y.L : Il y en a beaucoup mais je me laisse encore le temps de découvrir toutes ces possibilités. 

D.N : Votre retour en Haïti est prévu pour quand ?

Y.L : Pour l’instant, je ne sais pas trop. On verra plus tard. 

D.N : Avez-vous un conseil pour toutes les jeunes femmes haïtiennes qui voudraient fouler la scène d’un concours comme la Voix ?

Y.L : Je leur dirais de croire à même l’impossible et d’oser faire les bonnes choses. 

Laisser un commentaire

Catégories