© %author%

Crédit photo : Photo soumise par Duckencia Fleurival

Duckencia Fleurival sur la liste des 25 finalistes de Femme Dofen 2019

Mariée et mère de deux (2) garçons, Duckencia Fleurival de Bourdierd a étudié l’Administration des Affaires, les Sciences Politiques et l’électromécanique. Ces domaines n’étaient pas les seules passions de Duckencia. A cette époque, son crédo était « Travailler pour une Haïti propre » en réduisant le volume de déchets plastiques dans les rues.

Après avoir bouclé ses études à l’Université Notre Dame D’Haïti en décembre 2009, elle n’avait qu’une idée en tête, celle de mettre sur pied un centre de collectes et de transformations de déchets. Ainsi, elle a entrepris toutes les démarches nécéssaires pour réaliser son rêve et elle a réussi. Elle a créé Haiplast Recycling S.A.  

Au sein de Haiplast Recycling S.A, ils utilisent divers types de plastiques dont le Polyéthylène Téréphtalate, le polyéthylène de basse densité (sachet d’eau, sachet poubelles) et le polypropylène (chaises, sauts, cuvettes).    

« Je me rappelle encore de mes séances de formation sur les places publiques pour expliquer aux gens l’importance du recyclage et leur introduire cette opportunité d’affaires : Convertir des déchets en argent. », nous raconte-t-elle.  

Les choses n’ont pas toujours été facile pour Duckencia. Ses affaires marchaient à merveille à ses débuts jusqu’au moment où le prix du pétrole a chuté ainsi que le prix du plastique recyclé. De cette crise, celle qui veut à tout prix transformer les déchets en argent a pris deux (2) grandes résolutions : La diversification pour pouvoir survivre et l’ajout d’un nouvel objectif, celui d’améliorer la condition de vie des collecteurs. Depuis, son business a remonté la pente.

Aujourd’hui, Haiplast Recycling S.A. recycle 5 types de plastiques : Le polyéthylène téréphtalate (PET), le polyéthylène de Haute densité (HDPE), le polyéthylène de basse densité (LDPE) le polypropylène (PP), le polystyrène (EPS). Pour les deux (2) derniers mois de l’année, en dépit de la conjoncture préoccupante du pays, ils ont collecté 4,268.857 livres de matières plastiques soit environ 36,000.000 de bouteilles et 252,000.000 de sachets.

Toujours dans la perspective d’atteindre son objectif qui est de voir un jour une Haïti propre, Duckencia Fleurival de Bourdierd a ajouté un nouveau but à sa mission qui est celui de former et d’informer les jeunes sur la gestion des détritus. Car, selon elle, il faut que les gens prennent conscience que chacun d’eux doit être le vecteur du changement que nous voulons tous pour notre pays et notre planète.   

Laisser un commentaire

Catégories