© %author%

Luckny Guerrier, celle qui offre une place aux femmes dans le monde de l’entrepreneuriat

Canadienne d’origine haïtienne, Luckny Guerrier, à travers Mission Exploratoire Économique Entrepren’Elle (M3E), donne aux femmes haïtiennes, y compris à celles des autres pays issues de la Francophonie, la possibilité de tisser des liens solides avec le milieu de l’entrepreneuriat, et ce, depuis environ 5 ans.

Créée en 2015, la Mission Exploratoire Économique Entrepren’Elle (M3E) est née de la conviction et de la persévérance de sa fondatrice, Luckny Guerrier.
 » On fait de l’accompagnement pour l’investissement à l’échelle internationale pour les femmes de la diaspora « , explique Luckny.
L’objectif est simple : établir une sorte de connexion avec Haïti. À travers cette mission, la fondatrice de M3E crée un pont entre les femmes haïtiennes et celles de la diaspora, pour qu’elles puissent travailler ensemble.

La Mission Exploratoire Économique Entrepren’Elle (M3E) a son siège à Cap-Haïtien.  » C’est là qu’on travaille « , informe Luckny qui explique que la situation politique du pays affecte principalement la capitale haïtienne qui est souvent le foyer principal des manifestations. De ce fait, elle a choisi d’implanter sa mission dans la deuxième ville du pays.  » Il y a aussi des opportunités d’affaires à Cap-Haïtien. Le dynamisme est au rendez-vous « , affirme l’haïtiano-canadienne.

Selon Luckny Guerrier, il existe des potentialités au  » Cap  » qui ne sont pas développées comme le tourisme, la technologie etc. En ce sens M3E s’attaque à des secteurs clés comme l’artisannat.

Luckny Guerrier a vécu la plupart de son temps au Canada. En 2014, elle a participé à Elan Haïti, un forum qui vise à dévoiler le potentiel des meilleurs jeunes sensibilisés à la question haïtienne.  » C’est à partir de ce moment que j’ai eu l’opportunité de mieux comprendre les jeunes en Haïti « , explique-t-elle.

Ils étaient 100 jeunes à participer à ce rendez-vous.  » J’ai vu des jeunes qui pensaient et rêvaient comme moi, chose que je n’avais jamais vue parce que je voyais toujours la partie pauvre de mon pays « , renchérit-elle.

Luckny Guerrier pense qu’on ne peut pas faire affaire en Haïti à distance. En 2015, elle a emmené 12 femmes en Haïti. À travers sa mission, elle veut inviter les gens à voir Haïti d’un autre œil.  » Actuellement, nous travaillons sur une série de formations intensives pour accompagner les femmes dans la voie de l’entrepreneuriat « , explique la fondatrice de M3E.

En dépit de ses efforts pour éloigner ses activités le plus loin possible de la capitale, Luckny Guerrier avoue que parfois la situation politique du pays paralyse ses activités. Cependant, elle reste ambitieuse.  » On est venu ici pour créer un lieu pour que les femmes puissent investir et créer leur entreprise « , déclare Luckny avec optimisme. 
Interrogée sur l’un de ses modèles de réussite, elle n’a pas hésité à faire les éloges de Marc Alain Boucicault le fondateur de Banj.

Pour sa prochaine mission, elle mettra le cap sur Sénégal en mars 2022, avec une délégation du Nord d’Haïti et une organisation canadienne.  » On n’a pas pu faire cette mission en 2020 à cause de la Covid-19, mais en 2022, nous nous rendrons à Dakar  » a fait savoir Luckny Guerrier.

Laisser un commentaire

Catégories