© %author%

Miss Cap-Haïtien 2021: Barbara Laura Noël, Miss Eco International 2022 : « plus que prête » pour la prochaine étape

Elles étaient au départ au nombre de 10. Une allait être disqualifiée. Neuf postulantes pour une seule couronne accompagnée de deux titres. Celui de Miss Cap-Haïtien 2021 et de Miss Eco International 2022. En dépit des critiques négatives sur son physique, c’est la jeune femme de 21 ans, Barbara Laura Noël qui est élue Miss Cap-Haïtien. Par conséquent, elle aura à se rendre en Égypte pour une autre plus grande aventure. La nouvelle Miss affirme être « plus que prête » pour la suite.

Dofen News : Comment avez-vous vécu l’expérience de Miss Cap-Haïtien cette année ?

Barbara Laura Noël : Participer à la 3ème édition du concours Miss Cap-Haïtien est l’une des expériences les plus marquantes de toute ma vie. Pour moi, ce n’était pas seulement un concours de beauté, mais c’était une école…Miss Cap-Haïtien a contribué à ma formation et à mon épanouissement personnel.

J’ai rencontré des personnes formidables. J’ai appris à me familiariser avec des filles extraordinaires qui étaient des concurrentes au départ mais qui sont devenues des sœurs au final, avec qui je ne me suis jamais sentie en compétition. La compétition, c’était plutôt avec moi-même, qui voulais connaître et dépasser mes limites. Je me suis entourée de personnes qui m’aiment et qui me supportent: mes parents, ma famille et mes amis, qui n’ont jamais cessé de croire en moi. Je n’ai jamais perdu confiance en Dieu, car Lui Seul était ma force et mon refuge.

D.N : Pouvez-vous partager avec le public une chose importante que vous avez apprise tout au long de cette compétition ?

B.L.N : Une chose importante que j’ai apprise de cette expérience, c’est de ne jamais me soucier de l’opinion des autres. Le plus gros défi auquel j’ai été confrontée durant mon parcours à Miss Cap-Haitien est le «body shaming » (dont je suis victime depuis mon adolescence). C’est une tendance qui consiste à se moquer ou humilier l’autre à cause de son apparence physique ou de son corps.
Ceux qui me connaissent savent que je suis svelte, mince et même extrêmement mince. Tout au long du parcours, j’ai été la risée de certains qui me trouvaient insuffisante à moi-même, ou sinon à eux-mêmes. Cela n’a pas été facile pour moi d’apprendre à m’accepter et à m’aimer telle que je suis. Parfois je devais faire semblant que tout allait bien, pourtant j’avais mal dans mon corps et à la fois dans ma tête. Je devais tout le temps justifier ma minceur, c’était comme si j’avais commis un crime contre l’humanité…

Mais aujourd’hui, mieux que quiconque, je crois en moi et je suis fière de celle que je suis. Que vous soyez gros, trop gros, mince, trop mince, sachez que vous êtes tous parfaits ! Ce que les autres disent de vous ne définissent pas qui vous êtes en réalité. D’ailleurs vous valez plus que ça . C’est cette caractéristique qui vous rend unique, qui doit inspirer et motiver tous ceux qui se trouvent dans la même situation que vous .

D.N : Quel est votre projet pour le futur ?

B.L.N : La mission principale d’une Miss Eco International est de sensibiliser afin d’avoir un impact efficace à travers les thèmes Tourisme et Environnement. En effet, en tant qu’ambassadrice de ma communauté, je compte m’impliquer davantage dans la promotion de quelques sites touristiques du Grand Nord. Aussi, conscientiser la population sur les questions liées à la protection de l’Environnement .

D.N : Êtes vous prête pour le concours international Miss Eco ?

B.L.N : Depuis le jour du casting, je me sentais déjà plus que prête pour le concours International Miss Eco, car j’ai toujours rêvé de représenter Haïti à l’échelle internationale. Mais je me rends compte que le début de toute chose n’est jamais aussi facile. Cette fois-ci j’aurai à redoubler d’efforts, développer toutes mes aptitudes afin de donner le meilleur de moi-même, pour porter dignement le titre de Miss Eco Haïti 2022 .

D.N : Comment sont déjà les préparatifs ?

B.L.N : Les démarches administratives et autres sont déjà en cours. Il faudra m’améliorer en anglais et répondre à d’autres exigences requises par l’Organisation de Miss Eco International.

D.N : Quels en sont vos attentes ?

B.L.N : La première attente me concerne personnellement. Je me dois de ne pas décevoir ceux qui croient en moi, ma ville et mon pays. J’attends des membres de l’organisation du concours Miss Cap-Haitien, leur assistance et leur accompagnement afin de m’aider à poursuivre ce rêve. Et finalement de mes confrères et consœurs haïtiens, un support inconditionnel car j’en aurai grandement besoin avant, pendant et après mon parcours en Égypte.

Rappelons-nous que l’amour et la solidarité sont les clés du succès collectif . Kidonk , Ann fèl pou Okap, Ann fèl pou Ayiti !

D.N : Quels conseils avez vous pour les prochaines jeunes filles qui aimeraient se lancer au concours Miss Cap-Haïtien l’année prochaine ?

B.L.N : Le monde du concours de beauté est l’un des plus fabuleux, émouvants et surtout les plus convoités . Cependant être Miss/ Mister n’est pas une tâche facile.

Je conseille à toutes les jeunes filles qui aimeraient se lancer au concours Miss Cap-Haïtien, l’année prochaine de commencer à faire ce petit travail personnel dès aujourd’hui :

1- Cultivez votre estime de soi.
Apprenez à vous connaître, à avoir confiance en vous et à vous affirmer.
2- Soyez authentique.
Ne vous comparez jamais aux autres car vous êtes unique.
3- Battez-vous pour vos rêves
Vos rêves doivent être votre source de motivation. Si vous lâchez prise, quelqu’un d’autre les réalisera à votre place. Si vous croyez réellement que vous pouvez être élue Miss Cap-Haïtien 2022, faites les sacrifices nécessaires, ainsi rien ni personne ne pourra vous arrêter.

Propos recueillis par Shylene Prempin

Laisser un commentaire

Catégories