Photo soumise par Sheilla Louis Joseph

Sheilla Louis Joseph passe de l’imaginaire au réel

Enthousiaste, gentille, animée d’une joie de vivre qui la pousse à saisir l’opportunité de raviver sa performance, Sheilla Louis est née à Port-au-Prince le 16 octobre 1984 à l’hôpital Asile Français. Aînée d’une famille de trois enfants et épouse de Michel Joseph, Sheilla a appris à se forger le caractère grâce à l’éducation qu’elle a acquise de ses parents Rachelle et Rénold Louis. Une éducation basée sur des valeurs telles la crainte de Dieu, l’amour du prochain, le respect mutuel.

Elle ne saurait devenir cette femme de caractère si les fondements n’étaient pas solidement bâtis depuis l’enfance. Son passage à l’externat La Providence et au Collège Saint-François d’Assise a, d’une certaine manière, jeté les bases de sa carrière pour ainsi devenir journaliste/reporter à la Radio Métropole.

« Après mes études classiques, je voulais devenir médecin. Malheureusement, j’avais échoué au concours d’admission àla Faculté de médecine », nous confie-t-elle. L’échec pour les femmes comme Sheilla L. J. pourrait se considérer comme une expérience ou une leçon de vie. D’ailleurs, la preuve est tangible à travers son cas. Elle a démontré par le biais de ses actions qu’une chute ne pouvait point empêcher sa réussite puisqu’elle a su comment se relever.

Elle intégra la Faculté des Sciences Humaines en 2004 où elle décrocha 4 ans plus tard son diplôme en communication sociale. Une discipline qui lui permettra de mettre au-devant de la scène de la Radio Métropole les instants passés dans sa chambre à imiter les journalistes de l’époque qu’elle admirait tant. Son amour, sa passion du micro existaient dès son plus jeune âge à la suite de ses nombreuses participations aux émissions radiophoniques pour enfant. De là, son admiration pour cette discipline s’est grandement développée. Voilà ce qui l’emmène à marier ses connaissances pratiques d’antan avec ses connaissances théoriques. 

Cette journaliste courageuse a fait face à de nombreuses difficultés en exerçant ce métier. D’ailleurs, les soudaines et périlleuses situations qu’elle a affrontées pourraient la faire succomber, notamment, en décembre 2010, après la proclamation des résultats de l’élection présidentielle. Toutefois, chaque jour qu’elle passe à jouer son rôle représente une occasion de montrer sa passion et de renouveler son engagement envers sa profession. Ainsi réclame-t-on dans le monde médiatique des personnes qui peuvent défendre bec et ongles la mission pour laquelle cette profession vit le jour.

Sheilla Louis Joseph, cette femme engagée, ne veut pas se laisser entraîner par la situation précaire du pays qui, à certains égards, peut faire perdre au journalisme sa raison d’être. Ainsi, elle fait partie de ce petit groupe de journalistes qui souhaitent mener à terme la lutte en s’abstenant de confondre journalisme et militantisme.

Laisser un commentaire

Catégories