© %author%

Valencia Jean, porte-parole des personnes à mobilité réduite

Avec une formation en Relations Internationales, Valencia Jean s’est lancée dans le communautaire depuis environ une dizaine d’années. La directrice générale de Val’art Design, une entreprise spécialisée en marketing pilote également le Réseau Organisé des Citoyens Handicapés (ROCH).

Les personnes à mobilité réduite, une catégorie de la société haïtienne qui est quasi-marginalisée, dans le secteur de l’emploi notamment. Avec l’objectif de travailler à l’amélioration des conditions de vie des personnes handicapées dans une société plus inclusive, le Réseau Organisé des Citoyens Handicapés a vu le jour.

« Il est évident que les personnes handicapées en Haïti ne jouissent pas de leurs droits sur la base de l’égalité. Ainsi nous avons cru qu’en nous organisant, nous pourrons ensemble réfléchir,  travailler, sensibiliser pour balayer les mauvaises pré-conceptions et influencer les décisions des autorités, en vue d’améliorer les conditions matérielles d’existence de ces personnes depuis longtemps considérées comme une catégorie de seconde zone », déclare celle qui a fait de cette cause son cheval de bataille.

Ayant vu le jour en 2012, le ROCH détient un bilan positif. Des collaborations ont été faites avec des institutions comme la CBM, Enpak/ Usaid (dans le cadre du projet Yon kominote Pou Nou Tout) et aussi avec Solidarité Internationale en vue de sensibiliser contre le Corona Virus.

En dépit des problèmes financiers, le Réseau veut continuer à planifier de nouveaux programmes pour ses membres et intéressé.e.s . Avec « Lakou lanmou », « des personnes handicapées en particulier recevront des formations pour qu’elles soient aptes à s’imposer et prêtes à intégrer le marché de l’emploi très restreint », souligne madame Jean.

Les attentes de la coordinatrice se concentrent autour de l’organisation de réunions et conférences, même virtuelles des fois, « pour continuer à travailler, sensibiliser et former  beaucoup plus de gens sur la problématique de l’handicap en Haiti », affirme-t-elle. Mais aussi « trouver assez de ressources humaines et financières pour mettre sur pied le centre de formation. Avoir plus de personnes en situation de handicap dans l’organisation.
Réaliser un plaidoyer pour le respect des droits politiques des personnes handicapées, surtout au moment des élections », ajoute t-elle.

« Lakou lanmou », un programme en cours du ROCH oeuvre dans le but que des personnes handicapées en particulier reçoivent des formations pour qu’elles soient aptes à s’imposer et prêtes à intégrer le marché de l’emploi très restreint.

Le sort des personnes à mobilité réduite nécessite un changement à tous les niveaux. Pour ce faire, l’appareil étatique doit adopter de nouvelles mesures légales pour que l’éducation soit accessible à cette tranche de la société, y compris les enfants en situation de handicap, croit-elle.

Laisser un commentaire

Catégories