Rétrospective - Top 15 des femmes haïtiennes qui ont fait parler d’elles en 2018

  • Diane Bissereth | dimanche 30 décembre 2018
2742 vues

Source photo google search

L’année 2018 a été riche en émotion, en création et en accomplissement. Plusieurs haïtiennes ont réalisés des choses extraordinaires. Déjà connues de tous, elles ont attiré l'attention de par leurs réalisations et leurs dévouements. Dans le but de se rappeler de ces dames qui ont marqué cette année, Dofen News a tenu à partager avec vous le nom de quinze (15) d'entre elles. Triées en tenant compte du mois où elles ont fait parler d'elle, ces dames sont exceptionnelles les une que les autres.

Cottecheese Pierre 

Son nom doit sûrement vous dire quelque chose. Cottecheese Pierre a été la Miss Vidéomax 2006, concours de beauté très populaire de l’époque diffusé sur la chaîne 5. Après plusieurs années de silence, elle est revenue en janvier avec « RootSa », sa propre marque de vêtements. Par le biais de cette dernière, elle confectionne des modèles de vêtements artisanaux, sur mesure et contemporains en tissu africain dans le but de permettre aux haïtiens de se reconnecter avec leurs racines africaines.

 

Daniele Magloire

Sociologue et militante féministe, Danièle Magloire a été mise sur le devant de la scène plusieurs fois au cours de l’année. Porte-parole et membre du comité de coordination de Kay Fanm, elle a reçu en janvier une plaque d'honneur et mérite en reconnaissance de ses nombreux travaux et son engagement citoyen en faveur des droits humains. Deux mois plus tard, le gouvernement du Canada lui décerne le prix « Champions des Droits de la Personne »pour son engagement acharné pour l’avancement des droits des femmes et des filles en Haïti. Pour clôturer l’année en beauté et pour ajouter un autre trophée sur son étagère, Danièle Magloire a reçu ce mois-ci, leprix  « Culture ÉgalitédeDéfenseure des Droits des Femmes et des Droits Humains » de l’Association Féministe Martiniquaise Culture Égalité. 

 

Gessica Géneus

Femme à multiples chapeaux, Gessica Géneus est actrice, écrivaine, chanteuse et réalisatrice. Grâce à son film documentaire « Douvan ka leve » qui raconte ce que ça fait d’être un haïtien d'aujourd’hui, la comédienne a démontré qu’avoir plusieurs cordes à son arc est un atout pour atteindre ses objectifs. Projeté cette année sur les écrans de plusieurs festivals internationaux, Douvan Jou ka leve a remporté plusieurs distinctions notamment celui du prix du jury dans la catégorie documentaire au Festival Rencontres Cinéma Martinique en mars dernier et celui du Festival du film insulaire de Groix en France organisé cinq mois plus tard. Gessica Géneus a également été l’une des figures féminines emblématiques du mouvement « Petro Challenge » lancé en août pour demander des comptes sur la gestion du fonds PetroCaribe.

 

Yama Laurent 

En mai dernier, Yama Laurent a remporté la première place de « La Voix » (l’équivalent québécois de l’émission The Voice), le concours de chant le plus populaire du Québec. Elle est devenue du coup, la première femme haïtienne et première concurrente venue de l’extérieur du pays organisateur de la compétition a remporté ce titre. Quelques mois plus tard, elle fait la première page d’un magazine de mode au Québec (Clin d’œil), la toute première depuis sa victoire. Actuellement en studio en vue d’enregistrer son tout premier album, elle a déjà collaboré avec les plus grands noms de la musique internationale particulièrement Jean Pierre Ferland, Isabelle Boulay et Céline Dion. 

 

Winnie Hugot Gabriel 

Première dauphine de Miss Anayizz en 2009, Winnie Hugot Gabriel est avocate et journaliste. La jeune femme a présenté en juin dernier son tout premier ouvrage « Femmes haïtiennes, 60 parcours d’exception ». Dans ce livre, Winnie retrace le portrait de soixante (60) femmes haïtiennes qui travaillent, luttent et se battent contre les barrières qu’une société dominée par les hommes peut dresser sur leur chemin. Ces dernières sont des cheffes d’entreprises, des mères de famille, des politiciennes, des artistes, des éducatrices pour ne citer que celles-là.  

 

Fabienne Colas

Actrice et entrepreneure, Fabienne Colas est très impliquée dans la promotion de la culture haïtienne au Canada. Présidente de la fondation qui porte son nom et initiatrice du festival Haïti en folie, elle a été respectivement nommée en juin et en septembre à la 5e place du prix « Canadian's Top 40 under 40 » (Top 40 Canadiens Performants de moins de 40 ans) et à la 7e position du prix « Femmes d’affaires du Québec » parmi les trente (30) femmes finalistes de 2018.    

 

Sheilla Louis Joseph 

Journaliste à Radio Télé Métropole, Sheilla Louis Joseph a fait partie de l'équipe de journalistes haïtiens qui ont remporté la cinquième édition du Prix Philippe Chaffanjon le mois de juin écoulé. Accompagnée de Davidson Saint Fort et Peterson Chery, ils ont réalisé un reportage sur la vie carcérale infrahumaine des détenus au pénitencier national de Port-au-Prince intitulé : « Haïti : Cri des oubliés de l’enfer carcéral », Sheilla est la première femme journaliste haïtienne à gagner ce prix depuis sa création en 2013.  Journaliste depuis maintenant dix (10) ans, elle a été l'une des sept (7) journalistes que Dofen News a honoré lors de son lancement en avril 2018.

 

Melchie Daelle Dumornay

En juin, la Confédération de Football d'Amérique du Nord, d'Amérique Centrale et des Caraïbes (CONCACAF) a désigné Melchie Maelle Dumornay joueuse de la compétition et lui a attribué par la même occasion, un ballon d'or. Surnommée Corventina, elle est devenue du haut de ses quinze (15) ans le premier haïtien, qui plus est de sexe féminin, à remporter ce prestigieux prix de la CONCACAF. 

 

Yanick Lahens

En juillet dernier l’écrivaine haïtienne Yanick Lahens a été désignée première occupante de la chaire « Mondes Francophones » pour l’année académique 2018-2019. Créee récemment par le Recteur de l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF) Jean-Paul de Gaudemar,  cette chaire permettra de montrer toute la pluralité, la diversité et la richesse de l’espace francophone.

 

Natacha Daciné